Laeticia et les enfants Hallyday enterrent la hache de guerre

Chargement en cours
Laeticia Hallyday (G) et Laura Smet, à l'enterrement de Johnny Hallyday, le 9 décembre 2017 à Paris
Laeticia Hallyday (G) et Laura Smet, à l'enterrement de Johnny Hallyday, le 9 décembre 2017 à Paris
1/2
© AFP, ludovic MARIN

, publié le vendredi 03 juillet 2020 à 17h36

Ils ont éteint le feu. En guerre ouverte depuis la disparition de Johnny Hallyday, sa veuve Laeticia et les enfants aînés de la star, Laura et David, mettent fin à la bataille qui les opposaient depuis deux ans devant les tribunaux.

L'avocat de Laeticia Hallyday a annoncé la conclusion d'un "accord définitif" entre la veuve de Johnny et sa fille, qui avait la première saisi la justice pour contester le testament de son père rédigé aux Etats-Unis. 

Ni Laura Smet ni son avocat Hervé Temime n'ont toutefois réagi après cette annonce. 

David Hallyday, pour sa part, se "désiste" de toute action en justice après cet accord, a annoncé son avocat Me Pierre-Jean Douvier.

- Réchauffement -

"Laura Smet (...) a saisi la main tendue par Laeticia Hallyday", qui de son côté, était "consciente que la situation (...) ne pouvait durer plus longtemps", écrit-il.

Depuis la mort de Johnny Hallyday en décembre 2017, sa veuve et ses deux aînés -- David Hallyday et Laura Smet -- se déchirent autour de l'héritage. 

Dans un testament rédigé aux États-Unis en 2014, le chanteur avait légué l'ensemble de ses biens à sa veuve et leurs deux jeunes filles, Jade et Joy, sans rien laisser à David et Laura. S'estimant lésés, les deux aînés avaient réclamé la part d'héritage à laquelle ils estimaient avoir droit selon la loi française.

Au printemps 2019, le tribunal de Nanterre avait infligé un sérieux revers à Laeticia en faisant de Johnny Hallyday un résident français, ouvrant la voie à un règlement du litige dans l'Hexagone alors que la veuve du rocker estimait que la justice américaine était la seule compétente. Elle avait finalement renoncé à faire appel et changé d'avocat, choisissant trois conseils français à la place de Me Ardavan Amir-Aslan.

Du côté des avocats des aînés Hallyday, on reconnaissait d'ailleurs récemment une nette amélioration des relations entre les deux parties depuis ce changement. 

- Presse people -

"Laeticia nous avait demandé d'atteindre un certain nombre de buts, dont le premier était de trouver un accord qui permette de construire l'avenir pour recréer la paix au sein de la famille, un accord sur le devenir de l'oeuvre de Johnny, et protecteur particulièrement à l'égard de Jade et Joy", a expliqué à l'AFP Me Gauer.

"Nous nous réjouissons de cet accord. Nous n'avons rien demandé, il est donc normal que nous ne fassions pas partie de cet accord. Nous avons indiqué depuis le départ que seuls comptent la mémoire de Johnny et la protection des soeurs", a affirmé de son côté Me Pierre-Jean Douvier, conseil de David Hallyday, à l'AFP. 

Cette bataille judiciaire fait depuis plus de deux ans les délices de la presse people, aimant se focaliser sur les relations entre Laura, récemment vue en une de Paris Match, enceinte de son premier enfant, et Laeticia, qui aurait retrouvé l'amour avec un propriétaire de restaurants à Paris.

Le patrimoine de Johnny Hallyday représenterait plusieurs dizaines de millions d'euros. Il est composé de propriétés (notamment à Saint-Barthélemy où il est enterré, Los Angeles et Marnes-la-Coquette, dans les Hauts-de-Seine, où il est décédé), de voitures de luxe, des droits issus de 1.160 chansons et des royalties de ses albums, notamment l'album posthume "Mon pays c'est l'amour", écoulé à plus de 1,4 million d'exemplaires.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.