La Finlande enquête sur les petit déjeuners un peu forts de café de sa dirigeante

La Finlande enquête sur les petit déjeuners un peu forts de café de sa dirigeante
La Première ministre finlandaise Sanna Marin, à Bruxelles le 24 mai 2021

publié le vendredi 28 mai 2021 à 18h15

La police finlandaise a ouvert vendredi une enquête préliminaire pour déterminer si les notes de frais présentées par la Première ministre finlandaise pour ses petits déjeuners familiaux étaient légales ou non.

Sanna Marin, la jeune cheffe du gouvernement de centre-gauche, doit faire face à une polémique depuis que le tabloïd Iltalehti a révélé mardi qu'elle se faisait rembourser à hauteur de 300 euros par mois le coût de ses petits déjeuners en famille, alors qu'elle vit dans la résidence officielle de Kesäranta.

Face à l'opposition, qui fait son miel de cette affaire, la dirigeante de 35 ans a souligné que ses prédécesseurs en bénéficiaient aussi.

"Je n'ai pas demandé à bénéficier de cet avantage comme Première ministre, ni été impliquée dans la décision là-dessus", a-t-elle affirmé sur Twitter vendredi.

Des experts cités par les médias finlandais ont suggéré que l'usage de fonds publics pour couvrir les petits déjeuners primo-ministériels pourrait contrevenir au droit finlandais.

"La Première ministre s'est fait rembourser certains repas, même si la formulation de la loi sur les rémunérations ministérielles ne semble pas permettre cela", a expliqué dans un communiqué la police. 

Selon son responsable, le surintendant Teemu Jokinen, l'enquête portera cependant sur les décisions de responsables au sein du cabinet de Mme Marin et "n'est liée d'aucune sorte à la Première ministre et à ses activités officielles".

A deux semaines d'élections locales, la Première ministre s'est félicitée de l'ouverture d'une enquête et annoncé qu'elle renonçait au remboursement pendant celle-ci.

Au pouvoir depuis décembre 2019, la cheffe du gouvernement bénéficie d'un soutien élevé dans l'opinion du fait de sa gestion de l'épidémie de Covid-19 en Finlande, un des pays les moins affectés en Europe.

Mais les sondages pour les élections municipales du 13 juin laissent entrevoir une poussée de l'opposition, notamment de l'extrême droite du Parti des Finlandais.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.