L'étonnante tradition des Miss France... dans les WC

L'étonnante tradition des Miss France... dans les WC©Capture Wochit

6Medias, publié le mardi 09 janvier 2018 à 20h09

Invitée de l'émission "C à vous" sur France 5 ce 8 janvier, Miss France 2018 a fait une étonnante révélation sur les traditions qui ont cours au sein de la famille Miss France. Et comme chaque Miss avant elle, Maëva Coucke a eu le droit à une surprise dans les toilettes de son appartement de fonction, situé dans le 17e arrondissement de Paris.



A chaque début de règne, les anciennes Miss France ont pour habitude de laisser des petits mots dans les toilettes de l'appartement mis à disposition de l'heureuse élue. En plateau, Maëva Coucke a donc dévoilé l'un d'entre eux, signé de la main de Miss France 2015. "C'est à connotation humoristique, je précise. Par exemple, Camille Cerf a écrit 'Je te laisse mon trône, mais je ne te laisse pas ma couronne'". Il reste désormais un peu moins d'un an à Maëva Coucke pour réfléchir au sien.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
17 commentaires - L'étonnante tradition des Miss France... dans les WC
  • Le papier Q était tellement chargé qu'on n'arrivait pas à lire ce qui était écrit.

  • Crévindiou, pour de la news alors ça c’est de la news … Des petits mots pour accompagner une envie plus que pressante des Miss sur le trône.

  • La cuvette des WC doit avoir de bons souvenirs!!!

    et si vous ajoutez le bruit et l'odeur...

  • avatar
    Devilinthemachine  (privé) -

    Uhhh ???? "Appartement de fonction" !!!
    Pour quoi faire ? A quel prix ?? Qui paye ??
    Pour la troisième question, je pense avoir la réponse : MOI (par mes impôts) ??

  • hier et pisser certainement mais réfléchir et écrire dans cet endroit, je ne savais pas qu'elles savaient "encore" le faire.