"Insupportable, coléreux, impatient" : la fille de Bernard Giraudeau se livre

"Insupportable, coléreux, impatient" : la fille de Bernard Giraudeau se livre©Wochit

, publié le jeudi 13 septembre 2018 à 16h09

Dans une interview à Paris Match, Sara Giraudeau s'est confiée sur la relation qu'elle entretenait avec son père, décédé en 2010.

Les relations n'ont pas toujours été au beau fixe entre Sarah Giraudeau et son père. C'est en tout cas ce qu'a confié l'actrice de 33 ans dans les colonnes de Paris Match.

Un père qui ne l'a malheureusement pas soutenue lorsqu'elle a décidé de marcher sur ses traces. "Quand j'ai annoncé quelle était ma vocation, la seule chose que mon père a faite de négative, c'est le silence. Pas de soutien. Rien. Alors, tu continues et tu te dis 'Je vais faire confiance à ma mère'", regrette celle qui a néanmoins pu compter sur le soutien de sa mère, Anny Duperey.



Dans les colonnes de l'hebdomadaire, Sara Giraudeau dépeint un homme "insupportable, coléreux, impatient", mais qui l'impressionnait tout de même. "Toutes les fillettes le sont, mais comme je le voyais peu et qu'il avait ce charisme incroyable, c'était décuplé chez moi".

Fort heureusement les rapports entre père et fille se sont améliorés lorsque Bernard Giraudeau a appris qu'il était atteint d'un cancer. "Tout a changé avec la maladie, il est devenu beaucoup plus ouvert. Il a appris à aimer". Sara Giraudeau n'avait que 15 ans quand le cancer de son père s'est déclaré. Dix ans plus tard, Bernard Giraudeau s'éteignait. Beaucoup trop tôt pour sa fille, qui aurait aimé qu'il soit là pour assister à ses premiers succès. "Je sais qu'il aimerait profondément 'Le bureau des légendes', 'Petit paysan' ou encore le documentaire que j'ai réalisé sur les enfants malades, qui sera diffusé début décembre dans 'Square artiste' sur Arte. À 25 ans, je n'avais pas encore construit tout ça. J'étais un petit oeuf en train d'éclore, il est parti quand la maturité arrivait. Je regretterait toujours qu'il n'ait pas vu ça".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.