Harcèlement sexuel : le coup de gueule d'Isabelle Adjani

Harcèlement sexuel : le coup de gueule d'Isabelle Adjani©Wochit

6Medias, publié le dimanche 15 octobre 2017 à 09h00

Judith Godrèche, Léa Seydoux, Emma de Caunes... Les actrices françaises dénoncent aussi le cas Harvey Weinstein.

Et ce n'est pas terminé. Ce dimanche 15 octobre, c'est dans le JDD qu'Isaballe Adjani a décidé de prendre la parole. "Pour la plupart des gens, si une actrice doit coucher pour y arriver, ça reste naturel, voire normal, selon l'idée qu'il faut bien donner un peu de soi quand on veut obtenir beaucoup", s'agace la comédienne dans l'hebdomadaire avant d'expliquer qu'en France, cela existe aussi, même si "c'est autrement sournois". "En France, il y a les trois G : galanterie, grivoiserie, goujaterie.



Glisser de l'une à l'autre jusqu'à la violence en prétextant le jeu de la séduction est une des armes de l'arsenal de défense des prédateurs et des harceleurs", explique la star dans le JDD avant de raconter entendre régulièrement des propos insultants envers les actrices dans les maisons de production. "Ce n'est pas un jeu et il est grand temps de rappeler que dans libertinage il y a liberté et que quand une femme dit non, elle dit non, que son corps lui appartient et qu'elle seule est libre d'en disposer. Quand une actrice se fait séduisante pour décrocher un rôle, ce n'est pas pour se faire violer!", martèle Isabelle Adjani.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
111 commentaires - Harcèlement sexuel : le coup de gueule d'Isabelle Adjani
  • Il ne faut pas oublier que la plupart des hommes ont, dans leurs vies, "draguées" de nombreuses femmes, et savent qu'il existe aussi des « nons hésitants qui ne sont pas de vrais nons» et qui débouchent souvent sur des « acceptations durables » de la part des femmes.
    S'il existe effectivement de vrais viols, ou des actes approchants, il faudrait aussi que les femmes qui se veulent les égales des hommes apprennent comme eux à se défendre par elles-mêmes. D'ailleurs, je suis sûr que certaines femmes n'ont besoin de personne pour se garder des prédateurs.

    Bonne et heureuse année, jupa . . . . Vous manquez à ce forum :
    Si je n'ai pas trouvé utile de commenter plus tot votre réaction, c'est que je n’avais rien à y rajouter, du fait que les propos de votre commentaire me paraissent d' une évidence incontestable ! !
    Contrairement à ces banalités sur ce sujet comme sur bien d'autres qui inondent le forum, de certains habitués qui passent leurs temps à enfoncer des portes ouvertes et qui se regardent le nombril , en se gargarisant de leurs mots qu'ils prennent pour des pensées d'une portée hautement philosophiques ! ! ! Je pense aussi que pour que toute femme qui se respecte sait qu'elle a la faculté de dire NON quand elle est harcelée par un cavaleur, même quand il s'agit d'un de leur supérieur hiérarchique qui la poursuit de ses les assiduités ou quand ont leur propose une promotion qui nécessite de passer par le truchement d'un canapé ! Ça s'appel le consentement mutuel on a toujours le choix de ne pas céder à ce genre de chantage dans le but d' obtenir de l’avancement ou bien un rôle, comme ça se fait de façon coutumière dans le milieux du show-business !

    Jupa gdsmaximus : ... Je vais essayer de ne pas écrire des banalités, de ne pas enfoncer des portes ouvertes et être la plus factuelle possible .....!

    Ce qui est écrit, par vous deux, est la résultante d'hommes qui n'ont jamais vécu ce genre de harcèlements et pour cause .....!! C'est toujours facile de refuser des avances d'un homme mais les conséquences que cela entraînent sont beaucoup graves et conséquentes que vous pouvez l'imaginer, surtout dans le milieu professionnel. Non seulement, il faut garder la tête haute mais en plus se battre sur un plan professionnel
    afin que l'homme qui n'a pas obtenu satisfaction, surtout si c'est votre supérieur hiérarchique, ne se venge pas : arrêt de l'évolution professionnelle, médisance auprès des collègues, éventualité d'un licenciement etc.... C'est la vie professionnelle entachée, de graves blessures, la réputation de la personne abîmée ...

    Se défendre d'un prédateur n'a rien d'un consentement mutuel mais c'est une dure bataille qu'il faut gagner: "c'est David contre Goliath" ou un combat entre deux personnes de force inégale.

    Réponse à loup19
    Tout le monde, dont vous et moi, parlons d'après nos expériences personnelles, et nos ressentis ( la communication interpersonnelle selon l'école de Palo Alto). Ces expériences dépassent nos cas particuliers quand elles rejoignent les expériences de nombreux autres citoyens ; et c'est le cas pour moi. Je ne retire donc rien de ce que j'ai écrit, car je n'ai pas eu la prétention de traiter les cas spéciaux de femmes « tourmentées » par des supérieurs dans le monde hiérarchisé du travail.
    Cordialement.


    Réponse à gdsmaximus
    Je vous remercie pour vos bons vœux et pour vos compliments qui me vont droit au cœur. Quant au sujet délicat, et probablement blessant («  toute femme qui se respecte ») que vous avez soulevé, je ne sais que dire tout en restant constructif. Je pourrais peut-être intervenir avec prudence si vous entamiez un dialogue apaisé et compréhensible avec loup19.
    Cordialement.

    Jupa : " je n'ai pas eu la prétention de traiter les cas spéciaux de femmes « tourmentées » par des supérieurs dans le monde hiérarchisé du travail." Et pourtant ....c'est bien là le sujet principal où se déroule le plus grand nombre de harcèlement. Si vous avez lu la presse, entendu la radio ou vu la TV, c'est par ce biais que les femmes ont fait éclater le problème de harcèlement sexuel. Je vous remercie de votre aide, mais je pense être suffisamment armé pour répondre à gdsmaximus ....

    Réponse à loup19
    Votre étonnante réponse montre bien la difficulté de communication paisible entre les êtres humains. Vous me faites dire ce que je ne dis pas. Je n'ai pas parlé de « votre prétention », mais de « ma prétention » ; afin de limiter mes dires, en refusant de parler d'un sujet que je n'ai jamais vu dans mon travail et que je ne connais pas (j'espère que vous me laissez libre de choisir le sujet précis sur lequel je désire m'exprimer, et inversement). En outre, vous n'avez pas à me remercier, car je n'ai pas cherché à vous aider puisque « vous êtes suffisamment armé » (mais où se situe alors "votre problème " ?), mais à obtenir avec curiosité un commentaire calme de gdsmaximus sur « votre sujet principal » que je n'ai pas abordé. (J'ai peur de devoir "attendre longtemps".)

    Et bien jupa, attendons la réponse calme et apaisée de gdsmaximus sur le sujet (qui n'est pas "mon" sujet) puisqu'il a abordé, dans son texte, le harcèlement sous l'angle professionnel.

    jupa Loup19 Je réitère mes vœux pour cette nouvelle année. année, et j'accepte d'avance les vôtres en signe d’apaisement !
    Je ne voudrais pas commencer cette nouvelle année par un malentendu, mais je crains m’être mal fait comprendre, et je dirais à Loup19 qu'il est vrai, que j'aborde le sujet du harcèlement en prenant comme pour exemple les milieux professionnels,et c'est sciemment, du fait qu'actuellement c'est plus particulièrement dans le milieux du show-business et par ceux qui gravitent dans cette sphère que le scandale arrive, ou tout le monde sait que la promotion canapé se pratique de façon coutumière, la plupart du temps par consentement mutuel que ce soit pour obtenir un rôle ou un coup de pouce pour favoriser le lancement de certaines carrières ! Quand j'écris que toute femme qui se respecte sait qu'elle a la faculté de dire NON quand elle est harcelée par un cavaleur, même quand il s'agit d'un de leur supérieur hiérarchique qui la poursuit de ses les assiduités, je ne met pas en cause les victimes qui subissent de force les avances de ces prédateurs qui exercent une situation dominante sur des femmes vulnérables, mais de celles qui utilisent ce moyen pour parvenir à grimper rapidement dans l’échelle sociale . . .

    jupa gdsmaximus : Tous mes voeux aussi pour cette nouvelle année qui j'espère sera sous le signe de la paix dans le monde ! Quand le dialogue est établi avec des hommes "normaux" c'est facile et vous n'avez pas, gdsmaximus, commis une erreur en développant le sujet sous l'angle professionnel, bien au contraire. Pour avoir vécu dans une grande entreprise de nombreuses années, qui n'était pas celle du show business, je crois pouvoir dire qu'il y a deux cas d'école.

    La première où la femme se sert, effectivement, de la promotion canapé pour évoluer et s'en sert de tremplin pour arriver à ses fins, ce qui à mon sens, n'est pas à l'honneur des femmes mais au contraire nuit à l'ensemble de celles-ci et terni leur image. Ce n'est pas de cette façon que la femme arrivera à obtenir des responsabilités importantes au sein de la société, de toute la société.

    La deuxième où la femme est prise en otage et devient une "fashion victime". Là c'est grave car, comme je l'ai dit : c'est le pot de terre contre le pot de fer. J'ai connu des cas (et jupa, ce n'était pas le cas de "femmes tourmentées") mais bien des cas réels où ces femmes ont vécu un enfer avec des séquelles importantes.
    Cela a entraîné des licenciements non justifiés avec une vie personnelle entachée où les femmes ont dû se reconstruire suite aux agissements, justement, de prédateurs.

    Réponse à loup19

    J'ai parlé de femmes « tourmentées » (voir différents dictionnaires) par..... ; et je n'ai jamais prétendu que ces cas n'étaient pas réels ; mais en effet, cette expression peut prêter à confusion et j' aurais du utiliser votre expression de femmes« harcelées » par...

    Cher tous.
    Je ne me fait pas trop de bile pour les femmes, même s'il reste encore pas mal de verrous à faire sauter pour vaincre les préjugés des machos qui croient encore à la suprématie de l'homme tout puissant afin qu 'elles soient réellement considérées comme l'égale de l'homme :La très grande majorité d'entre elles montre que dans la plupart des domaines elles sont parfaitement capables d'occuper des postes à hautes responsabilités, que ce soient dans le domaine des sciences, de la justice ou des affaires, de plus elles ont bien souvent un niveau haut de conscience sur le plan humain : Si leur conditions ce sont nettement amélioré depuis quelques décennies, c'est surtout grâce à elles mêmes, elles ont réussies à s'imposer dans la plupart des domaines sans violence, avec intelligence . La supériorité de l'homme sur la femme réside surtout dans leurs muscles, celle des femmes est moins visible ,mais plus redoutable,c'est de la matière grise, et avec de la matière grise, on va plus loin qu'avec des muscles :C'est peut être pour ça, que certains hommes essaient de cantonner les femmes dans des postes subalternes, ils on très peur que les femmes les dépassent . . .

    100% d'accord jupa.

    C'est bien vu, gdsmaximus et je me permettrai de rajouter que les femmes de ma génération ont, je crois, contribué à cette évolution. On s'est battu en toute honneteté pour les générations suivantes, nous qui n'avions pas fait nos études avec les garçons (les Grandes Ecoles nous étaient fermées). Je suis heureuse de voir aujourd'hui des femmes à des postes de hautes responsabilités acquis à la force du poignée mais là aussi, il faut un équilibre car notre société est faite d'hommes et de femmes . Je l'ai vu dans mon équipe marketing : trop de femmes ou trop d'hommes est perturbant, il faut toujours tenir compte de ce phénomène et faire un rééquilibrage.

    C'est ce genre de discussion (très rare) que j'apprécie et recherche ; car nous arrivons, sans agressivité et avec de la bonne volonté, à comprendre nos points de vue respectifs, sans les caricaturer. Dans le cas qui nous concerne, je ne vois pas de divergences notables entre nous trois.

  • pas seulement au cinémas il y a aussi la politique

  • Quand je renifle un peu dans le vent , je trouve que ça sent l'hypocrisie à plein nez !

  • Il n'y a pas trois G mais 4,il ne faut pas oublier le point G,

  • Elles seront bien plus crédibles quand elles dénonceront ces faits avant d'avoir fait carrière ( grâce à ....?). C'est si facile ensuite de cracher dans la soupe avec les autres. Qu'elle denoncent aussi les promotions canapés consenties ou sollicitées afin d'accéder à un poste, même ailleurs que dans le cinéma.

    et moi je suis parfaitement d'accord avec vous !