Frénésie en Inde pour dénicher un possible ancêtre de Biden

Chargement en cours
Un pasteur montre sur un registre à la cathédrale Saint-George de Chennai en Inde l'acte de décès de Christopher Biden qui a peut-être un lien de parenté avec le président élu américain Joe Biden, le 10 novembre 2020
Un pasteur montre sur un registre à la cathédrale Saint-George de Chennai en Inde l'acte de décès de Christopher Biden qui a peut-être un lien de parenté avec le président élu américain Joe Biden, le 10 novembre 2020
1/4
© AFP, Arun SANKAR

, publié le samedi 14 novembre 2020 à 08h20

Les spéculations vont bon train en Inde sur les possibles attaches familiales du président élu américain Joe Biden dans le pays, déjà fier de l'ascendance indienne de sa vice-présidente Kamala Harris.

Voilà plusieurs années, M. Biden avait évoqué l'existence de liens familiaux potentiels en Inde. Même si elle n'est pas prouvée, le nom Biden fait dorénavant l'objet de recherches généalogiques dans tout le pays.

Une plaque à Chennai (anciennement Madras, Sud) commémorant un capitaine de navires marchands du XIXe siècle nommé Christopher Biden est devenue un haut lieu pour les selfies.

Et à Bombay (Ouest) une famille Biden se dit "épuisée" par les appels téléphoniques.

L'élection présidentielle américaine du 3 novembre a suscité en Inde un intérêt particulier grâce à Kamala Harris, elle-même fille d'une Indienne émigrée de l'Etat du Tamil Nadu, qui a Chennai pour capitale.

Mme Harris, 56 ans, a largement évoqué ses origines indiennes et son goût pour les "idlis avec un délicieux sambar", plat tamoul traditionnel du petit déjeuner avec des gâteaux de riz salés et une sauce aux lentilles et légumes.

Maintenant, l'attention se porte  sur M. Biden, aux origines irlandaises établies mais qui avait aussi parlé d'une possible ascendance indienne lors d'une visite à Bombay en 2013 alors qu'il était vice-président.

Il avait déclaré dans un discours avoir reçu, après son élection comme sénateur en 1972, une lettre d'un Biden indien suggérant qu'ils pourraient être apparentés, "l'une des premières lettres que j'ai reçues et je regrette de n'avoir jamais assuré de suivi".

Cette lettre évoquait un ancêtre partagé commun, un "grand, grand, grand ceci ou cela commun, qui travaillait pour la Compagnie britannique des Indes orientales dans les années 1700".

- Des Biden à Bombay -

A Chennai, dans la cathédrale Saint-George, une plaque au nom de Christopher Biden, né en 1789, est devenue depuis l'élection présidentielle américaine une véritable attraction touristique.

"Nous avons retrouvé trace de deux Biden -- William Biden et Christopher Biden --, des frères devenus capitaines pour la Compagnie britannique des Indes orientales sur des navires marchands au XIXe siècle", explique à l'AFP le révérend George Stephen Jayaraj, évêque du diocèse de Madras, l'ancien nom de Chennai, pour l'Eglise du Sud de l'Inde (protestante).

"William Biden est mort jeune mais Christopher Biden a été capitaine sur plusieurs navires et s'est finalement installé à Madras".

Il n'y a toutefois aucune confirmation que les frères Biden soient apparentés au président élu américain, âgé de 77 ans.

Mais s'il existe un lien, Christopher serait "le candidat le plus probable, estime Tim Willasey-Wilsey, professeur invité de polémologie du King's College à Londres.

Il reste des Biden à Bombay et Nagpur, dans l'Etat du Maharashtra, possibles descendants de Christopher, l'un des huit enfants d'un John Biden qui pourrait être l'ancêtre commun évoqué dans la lettre.

L'affaire suscite un engouement des médias indiens jugé démesuré par les Biden du Maharashtra dont le grand-père Leslie serait l'auteur de la lettre à l'homme politique américain.

Rowena Biden, membre de la famille à Bombay, insiste sur le fait que celle-ci ne cherche aucunement à établir une relation particulière avec le président-élu américain.

"Nous souhaitons à M. Joe Biden le meilleur dans ses nouvelles fonctions de président des Etats-Unis mais nous ne tentons pas d'établir un lien ou une connexion quelconque", dit-elle à l'AFP.

"Nous partageons un nom et voilà tout", ajoute-t-elle. "Nous sommes tous financièrement à l'aise et avons des vies bien établies, donc nous n'avons besoin d'aucun gain monétaire ou autre".

Selon Rowena Biden, après les premières informations sur de possibles liens familiaux "les gens ont commencé à nous suivre jusqu'à notre maison et cela a pesé sur chacun dans la famille".

Ce "coup de projecteur excessif" a ignoré "la primauté de la victoire de M. Biden et aussi notre vie privée".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.