Foot: le prince William se joint au boycott des réseaux sociaux face à la haine en ligne

Chargement en cours
Le prince William, le 11 mars 2021 à Londres
Le prince William, le 11 mars 2021 à Londres
1/2
© AFP, JUSTIN TALLIS, POOL

publié le vendredi 30 avril 2021 à 18h45

Le prince William, président de la fédération anglaise de football, a annoncé vendredi se joindre à l'appel au boycott des réseaux sociaux lancé par les clubs pour protester contre les insultes racistes subies par les joueurs.

"En tant que président de la Football Association, je me joins à la communauté entière du football pour le week-end", a indiqué sur Twitter le prince de 38 ans, deuxième dans l'ordre de succession à la reine Elizabeth II.

Samedi dernier, les clubs anglais avaient annoncé un black-out total sur les réseaux sociaux de la Fédération anglaise, des clubs de Premier League et de deuxième division et de la Super Ligue féminine, entre vendredi à 14h00 GMT et lundi à 22h59 GMT.

Cette action, qui verra l'ensemble des instances représentatives du football anglais "fermer leurs comptes Facebook, Twitter et Instagram", intervient "en réponse aux abus discriminatoires continus et soutenus reçus en ligne par les joueurs et de nombreuses autres personnes liées au football", précisaient les responsables du foot anglais.

Cette décision fait suite à celle déjà mise en place par le club écossais des Rangers et les clubs de l'English Football League de Birmingham et Swansea, dont les joueurs Yan Dhanda, Ben Cabango et Jamal Lowe ont récemment été victimes d'insultes racistes en ligne.

Cette annonce du prince William intervient alors que son frère Harry et sa belle-soeur Meghan Markle ont accusé la famille royale britannique de racisme, évoquant des discussions sur la couleur de la peau de leur fils de la part d'un membre non nommé.

William avait assuré que la famille royale n'était "pas raciste".

Depuis le début de l'année, plusieurs joueurs de couleur portant le maillot de Manchester United, comme Anthony Martial et Marcus Rashford, ainsi que Reece James, de Chelsea, ont également été pris pour cibles sur les réseaux sociaux.

Le 11 février, dans une lettre ouverte au dirigeant de Twitter, Jack Dorsey, et à celui de Facebook, Mark Zuckerberg, les responsables du football anglais avaient appelé à prendre des mesures "pour des raisons de simple décence humaine". Twitter avait répondu qu'il n'entendait pas censurer les commentaires venant de comptes anonymes.

L'UEFA a indiqué jeudi se joindre au boycott.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.