Florent Pagny s'exile au Portugal, Bruno Le Maire lui demande de "rester en France"

Florent Pagny s'exile au Portugal, Bruno Le Maire lui demande de "rester en France"
Florent Pagny sur scène à La Havane, le 20 novembre 2009 (archive)

Orange avec AFP, publié le mardi 26 septembre 2017 à 11h30

Florent Pagny garde "sa liberté de penser" et assume vouloir payer moins d'impôts. Le chanteur et coach dans l'émission "The Voice" a annoncé qu'il comptait s'installer au Portugal "pour des raisons fiscales".

La nouvelle n'a pas de quoi réjouir le ministre de l'Économie.

Quelques heures après l'annonce du chanteur, Bruno Le Maire a réagi en ces termes : "J'invite Florent Pagny à rester en France, nous avons besoin de tous les talents". Durant le week-end du 23 septembre, le musicien avait rencontré des journalistes du Parisien pour évoquer la sortie de son nouvel album, "Le présent d'abord". À cette occasion, il avait dit tout le mal qu'il pense de la fiscalité dans l'Hexagone, fustigeant par exemple l'impôt sur l'héritage. Le chanteur vit aujourd'hui entre la France, l'Argentine, d'où est originaire son épouse, et les États-Unis, où étudient ses enfants.



"Je trouve ça sympathique que, quand un mec a bossé toute sa vie en payant des impôts, le jour où il est mort, on reprend encore la moitié - c'est pas une honte, ça ? - à ses gamins", s'était indigné le coach de "The Voice" face à la caméra. Même colère contre l'impôt sur la fortune, qui concerne les ménages dont le patrimoine est supérieur à 1,3 million d'euros.

Lundi, le ministre de l'Économie lui a donc répondu par voie de presse. "Nous avons un projet de loi de finances pour 2018", a développé Bruno Le Maire, "qui vise justement à ce que tous ceux qui créent en France, qui créent des richesses, qui créent des emplois également, puissent être incités à rester". Avant lui, le président de la République Emmanuel Macron a lancé à plusieurs reprises des appels pour inciter les expatriés français à revenir dans l'Hexagone.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU