Florent Pagny raconte le car jacking dont il a été victime

Florent Pagny raconte le car jacking dont il a été victime©Capture vidéo

Source Le Parisien, publié le dimanche 24 septembre 2017 à 09h36

Armé d'un nouvel album "Le présent d'abord" sorti ce vendredi 22 septembre, Florent Pagny entame aussi une nouvelle tournée. Nous avons assisté à son premier concert, l'occasion d'échanger avec le coach de The Voice.

Celui-ci nous raconte notamment comment s'est déroulé le car jacking dont-il a été victime en janvier dernier.



"Les mecs avaient un gyrophare. J'ai cru que c'était les flics. Quand je les ai vus cagoulés et armés, j'ai tout de suite compris. Je me suis barré direct, alors que la voiture était encore en prise. C'est lié aussi au fait que je sors seul dans la rue, que je conduis, que je ne me protège pas", raconte-t-il.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
160 commentaires - Florent Pagny raconte le car jacking dont il a été victime
  • quand va t on nettoyer les zones où se déroulent ces faits ? Comme par hasard mes collègues à Marseille et en Seine Saint Denis sont victimes de Car Jacking, bizarre non ? Il faudrait que les forces de Police soient soutenues pas la Justice qui ne cesse de relâcher ceux qui nous pourrissent la vie !

  • le pauvre moi je me suis retrouver a l osto avec un oeil a 2/10em et classer sans suite vive la france

  • Alors moi on m'a piqué mon vélo l'autre jour. J'ai eu une de ces peur quand je m'en suis rendu compte.

  • Je voudras me faire un pneu de pub. Je me suis fait agressé, la nuit, par un type qui s'était arrêté juste devant ma voiture.
    - Bonjour Monsieur, Police Nationale ! me dit-il. En s'avançant vers moi, il esquisse un semblant de salut militaire. Ce salut me mit la puce à l'oreille. De suite, j'ai vu qu'il n'était pas réglementaire puisque le type était en civil. De plus, il avait l'air d'être enfumé par quelque substance. Ni une ni deux, je me suis pris pour James Bond et j'ai fui, avec quand même le doute qu'il s'agissait peut-être d'un vrai flic.
    Tout cela pour dire que le délinquant repère sa cible avant. Je n'avais pas une Porsche, mais quelque chose l'avait attiré. Un lingot brillait sur mon tableau de bord. Cette histoire est vraie. Bonne journée !

    Un petit coup de,mou. ?

  • il faudrait le "KGB" en France!

    il habite en Suisse!