Condamné pour plagiat, Calogero crie à l'injustice

Condamné pour plagiat, Calogero crie à l'injustice
A lire aussi

6Medias, publié le mardi 29 novembre 2016 à 16h25

Condamné par la justice il continue de clamer son innocence. Le verdict est tombé pour le Calogero : La Cour de Cassation a condamné le chanteur pour plagiat sur le morceau « si jamais je pouvais lui manquer ». La plus haute juridiction française a estimé que le chanteur avait spolié l'ingénieur du son Laurent Fériol. Ce dernier a écrit en 2001 un morceau dont certains passages ressemblent très fort à la chanson de l'artiste sortie en 2004. N'ayant plus de moyens juridiques de contester cette décision, Calogero a décidé de s'exprimer sur les réseaux sociaux pour convaincre de son innocence auprès de ces fans : « je suis accusé et condamné à tort de plagiat pour quelques notes du refrain de ma chanson « Si seulement je pouvais lui manquer », par un monsieur que je ne connais pas » a-t-il écrit sur sa page Facebook.



« Je vous écris pour que vous sachiez que chacune de mes notes qui composent mes mélodies depuis que j'ai 16 ans sortent toutes directement de mes tripes et de mon cœur » a ajouté le chanteur.

 
50 commentaires - Condamné pour plagiat, Calogero crie à l'injustice
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]