Clip d'Éric Zemmour : "C'est une propagande qui n'aurait pas plu à Johnny", déplore Laetitia Hallyday

Clip d'Éric Zemmour : "C'est une propagande qui n'aurait pas plu à Johnny", déplore Laetitia Hallyday
Laetitia Hallyday, le 21 octobre 2021, à Paris.
A lire aussi

publié le jeudi 02 décembre 2021 à 09h49

La veuve du Taulier accuse le polémiste d'extrême droite de "détournement" de l'image du chanteur décédé, dans son clip d'annonce de sa candidature à l'élection présidentielle. Elle a demandé à son avocat d'engager des poursuites.

Depuis la diffusion du clip d'annonce de candidature à l'élection présidentielle d'Éric Zemmour mardi 30 novembre, de nombreux médias et personnalités se sont insurgés contre l'utilisation de leurs images à leur insu dans cette vidéo, dont plusieurs ont demandé le retrait à la plateforme de partage de vidéos YouTube. Laetitia Hallyday envisage notamment des poursuites. 



Dans ce clip, le polémiste d'extrême-droite évoque notamment images à l'appui "le pays de Gabin et de Delon, de Brigitte Bardot et de Belmondo, de Johnny et d'Aznavour, de Brassens et de Barbara". Johnny Hallyday apparaît en train de chanter, en gros plan, dans une archive en noir et blanc.

En utilisant ces images, Éric Zemmour "tente un détournement de l'image de Johnny au profit de sa propagande", dénonce la veuve du chanteur dans un communiqué transmis mercredi soir à l'AFP. "Cette faute n'est pas seulement condamnable car aucune autorisation n'a été demandée et donc octroyée. Elle constitue aussi une usurpation et la démonstration de l'irrespect de son auteur envers le symbole qu'incarne Johnny, et envers tous ceux qui portent authentiquement Johnny dans leur mémoire", ajoute Laetitia Hallyday qui "charge (son) conseil d'envisager toutes les poursuites nécessaires".

"J'étais attristée, ça n'est pas envisageable d'utiliser l'image d'un artiste, l'image de Johnny à des fins politiques dans une campagne électorale, quelqu'un qui n'est plus là, c'est une propagande qui n'aurait pas plu à Johnny, il n'aurait pas aimé ça", a-t-elle par ailleurs regretté jeudi matin sur RTL. 




"Il faut dénoncer ces abus", a-t-elle estimé, rappelant avoir 'demandé à (son) avocat d'engager des poursuites".

Bernard Serf, neveu et représentant de la famille de Barbara, a également confié mercredi sur BFMTV réfléchir "à une action en justice". 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.