Chine: L'Oréal et Louis Vuitton lâchent une mégastar accusée de viol

Chine: L'Oréal et Louis Vuitton lâchent une mégastar accusée de viol
L'acteur Kris Wu en janvier 2017 à Los Angeles

publié le mardi 20 juillet 2021 à 12h45

Louis Vuitton, L'Oréal ou encore Bulgari ont mis fin ou suspendu mardi leur collaboration avec l'acteur-chanteur Kris Wu, mégastar en Chine et ambassadeur de nombreuses marques, après des accusations de viol qu'il dément catégoriquement.

Canadien d'origine chinoise, le jeune homme de 30 ans est un ex-membre du boys band sino-sud-coréen à succès EXO et son visage est omniprésent en Chine dans les publicités.

Egalement connu sous le nom de Wu Yifan, celui qui est aussi mannequin a notamment joué dans le film "Valérian et la Cité des mille planètes" (2017), réalisé par Luc Besson.

Lors d'une interview publiée dimanche et qui a déclenché une tempête médiatique, une étudiante de 19 ans, Du Meizhu, a accusé le chanteur pop de l'avoir violée durant un rendez-vous amoureux -- lorsqu'elle avait 17 ans.

Selon elle, Kris Wu aurait également couché avec d'autres filles, en les attirant avec de l'alcool ou la promesse de les rendre célèbres.

Face au tollé, de nombreuses marques ont pris leur distance avec le chanteur sans même attendre l'ouverture d'une enquête judiciaire.

Le géant français des cosmétiques L'Oréal et le spécialiste italien des produits de luxe et de la joaillerie Bulgari ont ainsi laconiquement annoncé mardi sur le réseau social Weibo "mettre fin à toute collaboration" avec Kris Wu. 

La veille déjà, la marque automobile allemande Porsche avait pris une décision similaire.

Plus prudent, le géant français du luxe Louis Vuitton a pour sa part indiqué "suspendre" son partenariat avec la pop star, en attendant "les résultats de l'enquête judiciaire". 

Kris Wu avait fermement démenti les accusations lundi sur son compte Weibo.

"J'ai rencontré mademoiselle Du seulement une fois, lors d'une soirée entre amis", a-t-il indiqué. "Il n'y a pas eu de viol par ruse et personne n'a fait prendre de drogue ou d'alcool à quiconque pour la violer!"

Si le mouvement #MeToo reste modeste en Chine, il a contribué à une plus grande liberté de parole des femmes victimes de violences. Aucune célébrité n'a toutefois été condamnée jusqu'à présent. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.