César : Jérôme Commandeur réagit à la polémique

César : Jérôme Commandeur réagit à la polémique
A lire aussi

6Medias, publié le dimanche 19 février 2017 à 17h05

C'est sans président que les César auront lieu le vendredi 24 février prochain après le retrait du réalisateur Roman Polanski. Sans président, mais pas sans maître de cérémonie.

Jérôme Commandeur, aux manettes de cette 42e édition, ne s'attendait pas à une telle polémique. "Je n'aurais pas pu imaginer que cela se produise, que les réseaux sociaux s'enflamment sur des faits qui ont eu lieu il y a quarante ans. Dans l'esprit d'Alain Terzian - je le sais pour en avoir beaucoup parlé avec lui -, il n'y a jamais eu le moindre mépris pour les victimes", a commenté l'humoriste dans les colonnes de Paris Match. La contestation du public mais aussi de la ministre des droits des Femmes Laurence Rossignol a fini par faire renoncer Roman Polanski, qui selon son avocat voudrait désormais rentrer aux États-Unis pour mettre fin à l'affaire de viol présumé qui lui colle à la peau depuis les années 70.



"Le buzz a enflé, 60 000 personnes ont signé une pétition et, à un moment, ça ne passait plus. Je ne juge rien mais je pense que Roman Polanski, en total accord avec Alain Terzian, a pris une sage décision" , analyse prudemment Jérôme Commandeur qui pourra animer une soirée loin de toute polémique.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
4 commentaires - César : Jérôme Commandeur réagit à la polémique
  • les gens n'aiment pas les violeurs , c'est ainsi et tant pis pour les VIP

  • un crime es toujours un crime moi pas pardon

  • cele s'appelle une tempete dans un verre d'eau !

    Mieux vaut se laver les dents dans un verre à pied que les pieds dans un verre à dents a dit un homme politique très ancien, sans doute un inspirateur de Raffarin.

  • Ce n'est pas parce que la victime a retiré sa plainte que la faute de Polanski n'existe pas.Pour le public il y aura donc toujours un doute..,