Cannes 2018. Une actrice dénonce l'attaque à Gaza sur le tapis rouge

Cannes 2018. Une actrice dénonce l'attaque à Gaza sur le tapis rouge
L'actrice franco-libanaise Manal Issa.

laparisienne.com, publié le mercredi 16 mai 2018 à 17h48

Mercredi, l'actrice Manal Issa a brandi une affiche de soutien aux Palestiniens sur le tapis rouge cannois.

Surtout scruté pour son défilé de tenues de créateurs, le tapis rouge de Cannes permet aussi de faire passer des messages politiques. Mercredi soir, lors de la montée des marches du film « Solo : A Star Wars Story », l'actrice franco-libanaise Manal Issa, 26 ans, a dévoilé une pancarte sur laquelle était inscrit : « Arrêtez l'attaque à Gaza ».

Une revendication qui fait référence à la répression sanglante de l'armée israélienne à Gaza. Lundi, des dizaines de milliers de Palestiniens de Gaza ont protesté à la frontière avec Israël contre l'inauguration, le même jour, à Jérusalem, de l'ambassade américaine en Israël. 60 Palestiniens ont été tués par les tirs israéliens, soit la journée la plus meurtrière du conflit israélo-palestinien depuis l'été 2014. Mardi, le ministère de la Santé de Gaza a annoncé qu'un bébé de 8 mois était mort après avoir inhalé du gaz lacrymogène.

L'actrice Manal Issa lors de la montée des marches du film « Solo : A Star Wars Story ». AFP

Toute manifestation d'ordre politique ou religieuse est généralement bannie sur le tapis rouge. Il y a un an, la ministre israélienne de la Culture, Miri Regev, avait également fait parler d'elle avec une robe aux allures de manifeste, qui représentait dans sa partie inférieure un vaste panorama de Jérusalem et de sa vieille ville, avec la coupole dorée caractéristique du Dôme du rocher.

Manal Issa n'a pas commenté son geste

L'actrice Manal Issa n'a pas souhaité commenter son geste. « Elle ne souhaite pas s'exprimer car elle veut attirer l'attention sur Gaza et pas sur elle-même », a indiqué à l'AFP l'entourage de l'actrice, au lendemain de son geste sur le tapis rouge.

Manal Issa a entamé sa carrière devant la caméra avec la réalisatrice Danielle Arbid, pour « Peur de rien ». Elle a également joué dans « Nocturama », de Bertrand Bonello, sur une bande de jeunes qui décide de faire des attentats dans Paris.

L'actrice est à Cannes pour « Mon tissu préféré », de la réalisatrice syrienne Gaya Jiji, dans la section Un Certain Regard. Le film se déroule au printemps 2011, à Damas, aux prémices du conflit syrien qui dure désormais depuis sept ans. Malgré cette toile de fond, le film s'apparente plutôt à un roman d'apprentissage et se penche sur le sort de Nahla, le personnage joué par Manal Issa, promise à Samir, un Syrien vivant aux Etats-Unis. Une union qui devrait offrir une vie meilleure à toute la famille.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.