Bertrand Cantat violent : de nouvelles révélations jettent le trouble

Bertrand Cantat violent : de nouvelles révélations jettent le trouble
Bertrand Cantat à Vilnius, en Lituanie, le 22 mars 2004.

Orange avec AFP, publié le jeudi 30 novembre 2017 à 12h50

Bertrand Cantat a-t-il essayé d'étrangler sa compagne en 1989 ? C'est ce qu'avance un ancien membre du groupe Noir Désir dans une enquête du Point jeudi 30 novembre, qui évoque encore d'autres révélations décrivant le chanteur comme un homme violent.

L'affaire avait eu un énorme retentissement en France : un soir de 2003, Bertrand Cantat avait tué sa compagne, l'actrice Marie Trintignant, à coups de poing, dans un hôtel de Vilnius en Lituanie. Condamné à 8 ans de prison, il en avait purgé quatre.

Libéré en 2007, il est depuis revenu sur la scène musicale.


Durant son procès, son ex-épouse Kristina Rady l'avait défendu avec acharnement, rappelle Le Point : elle l'avait présenté comme un homme passionné, mais "qui n'a jamais levé la main sur quiconque. Ni sur moi, ni sur une autre." Cependant, d'après un ancien membre du groupe Noir Désir, ces déclarations n'étaient pas sincères. "Kristina m'a vu et elle m'a demandé, à moi et à tous les autres membres du groupe, de cacher ce que l'on savait. Elle ne voulait pas que ses enfants sachent que leur père était un homme violent. Je savais qu'il avait frappé la femme avec qui il était avant Kristina. Je savais qu'il avait tenté d'étrangler sa petit amie, en 1989", a-t-il déclaré.

Puis, il va plus loin : "Je savais qu'il avait frappé Kristina. Mais, ce jour-là, nous avons tous décidé de mentir. Nous étions tous sous son emprise. Et nous pensions qu'il se soignerait." Mais la loi de l'omerta ne s'est pas limitée à son entourage. "Beaucoup de gens dans le milieu bordelais savaient que Kristina avait été battue avant l'affaire Vilnius, mais ils se sont tus", selon un journaliste, cité par Le Point.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.