Télévision : Patrick Sébastien fait des adieux "sans rancune" au service public

Télévision : Patrick Sébastien fait des adieux "sans rancune" au service public
Patrick Sébastien présentant sa statue de cire au musée Grévin à Paris, le 29 janvier 2014

, publié le dimanche 12 mai 2019 à 14h05

La direction de France Télévisions avait décidé à l'automne dernier de ne pas le reconduire à la rentrée 2019.

"C'est n'est pas la fin de quelque chose, c'est toujours le début d'autre chose". Patrick Sébastien a cité samedi 11 mai sa mère, à l'occasion de sa dernière émission des "Années bonheur", au cours de laquelle il a fait des adieux "sans rancune" au service public après 23 ans sur France 2.



En moyenne, 2,95 millions de téléspectateurs ont suivi l'émission, donnant à France 2 une part d'audience de 15,8%. Un score honorable, la chaîne arrivant troisième des audiences entre 21H00 et 22H30, dépassée par la puissance de "The Voice" sur TF1 (20,4% de pda) et par la série "Mongeville" sur France 3 (17,4%). La semaine dernière, environ 2,8 millions de téléspectateurs avaient regardé la dernière du "Plus grand cabaret du monde", l'autre émission phare de variétés de Patrick Sébastien sur le service public.

Samedi soir, l'animateur de 65 ans a profité de ce dernier passage sur France 2 pour faire ses adieux "sans rancune" aux téléspectateurs du service public, assurant ne s'être "jamais trahi" et avoir toujours fait des "émissions populaires" en résistant "à la bien-pensance et au politiquement correct". Après avoir déclamé quelques vers de Cyrano de Bergerac, et assuré s'en aller avec "panache", il a terminé son émission (lancée en 2006) sur son tube festif "Les sardines".



Ex-Animateur vedette de TF1, où il a réalisé le record absolu pour un divertissement télévisé en 1992 avec "Le grand bluff" (74% de pda), l'humoriste-chanteur-présentateur natif de Brive-la-Gaillarde avait rejoint France 2 en 1996.

À l'automne dernier, après qu'il s'est plaint de la diminution de ses émissions en "prime time", la direction de France Télévisions avait décidé de ne pas le reconduire à la rentrée 2019. Une mise à la retraite télévisuelle (il n'a reçu aucune proposition d'une autre chaîne pour le moment) qu'il avait qualifiée dans des interviews d'"éviction" injuste pour ses téléspectateurs.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.