Les fidèles de Trump se ruent vers des plateformes "alternatives"

Chargement en cours
La droite conservatrice américaine migre en masse depuis plusieurs jours vers des sites dits "alternatifs", comme Parler
La droite conservatrice américaine migre en masse depuis plusieurs jours vers des sites dits "alternatifs", comme Parler
1/3
© AFP, Olivier DOULIERY

, publié le dimanche 15 novembre 2020 à 08h19

Convaincue que Donald Trump s'est fait voler la présidentielle et ulcérée par la modération des messages du milliardaire républicain sur Twitter ou Facebook, la droite conservatrice américaine migre en masse depuis plusieurs jours vers des sites dits "alternatifs".

Le principal bénéficiaire de ce phénomène est le réseau social Parler, dont l'application a été téléchargée plus de 3 millions de fois sur les boutiques en ligne d'Apple et de Google depuis l'élection, et a été installée 7,3 millions de fois depuis son lancement, selon le site spécialisé SensorTower.

La chaîne de télévision d'extrême droite Newsmax, adoubée par M. Trump, ainsi que des réseaux sociaux comme MeWe ou Rumble, ont aussi profité de cette migration.

Aucune de ces plateformes ne filtre les contenus trompeurs ou mensongers affirmant, sans preuve, que des fraudes massives ont eu lieu dans de nombreux Etats-clés pour défavoriser le président.

Ces réseaux ne sont plus seulement l'apanage de franges extrémistes, mais attirent également des voix conservatrices plus traditionnelles, frustrées par les grandes plateformes, explique Bret Schafer, spécialiste de la désinformation pour l'ONG Alliance for Securing Democracy.

"Il n'est pas inédit de voir des migrations après des mesures plus sévères prises par les géants des réseaux sociaux", souligne-t-il. "Mais cette fois, ça semble un peu différent".

Des parlementaires républicains ont rejoint Parler, tout comme l'équipe de campagne de Donald Trump, qui diffuse désormais certains communiqués sur l'application.

- Dynamique claire -

"On ne sait pas encore s'il s'agit d'une protestation symbolique contre Twitter et Facebook ou si ça va être plus sérieux et durable", questionne Daniel Kreiss, maître de conférences au Centre pour les technologies de l'information de l'université de Caroline du Nord.

"Mais la dynamique est claire: les conservateurs sont en colère contre la modération des contenus, particulièrement ceux du président", note-t-il.

La politique de laisser-faire des grands réseaux sociaux, pendant des années, pousse de nombreuses voix conservatrices à se demander pourquoi Facebook et Twitter ont soudainement fait volte-face, souligne M. Kreiss.

Par conséquent, Parler s'est retrouvé propulsé en haut de la liste des applications les plus téléchargées de la boutique en ligne d'Apple.

"Beaucoup de gens qui possèdent un compte sur Parler ne sont plus satisfaits de Facebook et de Twitter à cause de la censure de la +Big Tech+ et de la malhonnêteté des médias", écrit dans les commentaires de l'App Store une utilisatrice de l'application.

"Parler en est encore à ses débuts, mais il va accueillir de plus en plus de conservateurs", prédit-elle. 

Devenus des espaces centraux du débat politique, Twitter et Facebook rencontrent de grandes difficultés pour faire l'arbitrage entre la modération de contenus manipulateurs et potentiellement nocifs d'un côté et l'expression d'opinions diverses et variées de l'autre.

Pour certains acteurs de la société civile, l'absence de garde-fous sur des sites comme Parler, où des messages à caractère racistes et antisémites ou des menaces de mort peuvent être diffusés librement, est problématique.

"Des géants comme Apple et Google ont une vraie responsabilité et devraient s'interroger sur ce qu'ils rendent possible en accueillant une application comme Parler sur leurs boutiques en ligne", lance Eric Naing, responsable des relations avec les médias pour l'association Muslim Advocates.

- Impact limité -

Pour Daniel Kreiss, la popularité grandissante de réseaux "alternatifs", à droite comme à gauche, est le signe d'une polarisation extrême sur internet, qui "n'est pas une bonne chose pour le discours civique." 

Cette scission menace la tenue de conversations sereines sur des questions d'intérêt public, pourtant nécessaires au bon fonctionnement d'une démocratie.

"Dans la mesure où l'on diabolise l'autre camp, quel qu'il soit, cela devient plus difficile de considérer comme légitime le résultat des élections", regrette l'universitaire. "Cela rend nos crises communes plus difficile à résoudre".

L'impact de ces réseaux reste néanmoins limité, estiment de nombreux spécialistes, qui soulignent que les grandes plateformes maintiennent leur hégémonie en ligne.

Facebook et Twitter possèdent des technologies bien plus avancées que celles de sites comme Parler, dont l'application semble rencontrer de multiples failles techniques, à en croire les commentaires de certains utilisateurs frustrés.

Par ailleurs, si de nombreux responsables conservateurs ont rejoint Parler, l'immense majorité continue d'utiliser Twitter.

"Ils ont besoin d'aller là où se trouve le grand public", explique M. Kreiss.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.