L'émission "Cash investigation" visée par une plainte pour violation de domicile

L'émission "Cash investigation" visée par une plainte pour violation de domicile
Elise Lucet le 13 octobre 2017 à Paris

Orange avec AFP, publié le dimanche 11 mars 2018 à 13h20

Le prochain numéro de l'émission d'Elise Lucet, diffusé mardi 13 mars sur France 2, a entraîné une plainte contre X pour "violation de domicile privé". L'action en justice est menée par le syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne (Siaap), au cœur de l'enquête intitulée "L'Eau, scandale dans nos tuyaux".

Une plainte contre X a été déposée le 26 février pour "violation de domicile privé".

L'action viserait en fait l'émission "Cash Investigation", selon une information du Journal du Dimanche. Dans le procès-verbal, l'avocat du SIAAP, Me Jean-Pierre Versini-Campinchi, dénonce "de singulières méthodes journalistiques" après le tournage par les équipes d'Elise Lucet dans les locaux du syndicat, qui gère les eaux usées de la région parisienne.



Le syndicat pour l'assainissement reproche en fait aux équipes de "Cash Investigation" d'avoir pénétré dans ses locaux, le 14 février dernier, sans y avoir été invités. En début de matinée, des techniciens et des journalistes de l'émission, dont Elise Lucet, sont entrés dans le hall du siège de l'entreprise à Paris, raconte le JDD. Un conseil d'administration devait se tenir ce jour-là mais il a été annulé. Faute de pouvoir rencontrer un directeur, les équipes ont remis un tract aux salariés présents, assure le SIAAP.



"Cette impressionnante irruption en force d'une équipe d'une dizaine de personnes, caméras ouvertes, suivie de la distribution d'un questionnaire quasi policier à des agents qui n'étaient pas en mesure d'y apporter des réponses constituent de singulières méthodes journalistiques de recueil d'information", peut-on lire sur la plainte, consultée par le JDD. L'un des responsables de Premières Lignes, la société de production qui gère l'émission, nie tout débordement.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU