Hong Kong: le magnat de la presse Jimmy Lai arrêté pour avoir manifesté

Chargement en cours
L'homme d'affaires et de presse Jimmy Lai (c) quitte les bureaux de la police à Hong Kong, le 28 février 2020 après son arrestation par les forces de l'ordre
L'homme d'affaires et de presse Jimmy Lai (c) quitte les bureaux de la police à Hong Kong, le 28 février 2020 après son arrestation par les forces de l'ordre
1/2
© AFP, ISAAC LAWRENCE

, publié le vendredi 28 février 2020 à 11h59

Le magnat hongkongais de la presse Jimmy Lai, farouche opposant à Pékin, a été arrêté vendredi pour sa participation à une manifestation pro-démocratie l'été dernier dans l'ex-colonie britannique.

Le richissime homme d'affaires âgé de 72 ans, patron du quotidien Apple Daily, est accusé d'avoir participé le 31 août 2019 à un rassemblement qui avait été interdit par la police pour des raisons de sécurité.

M. Lai a été arrêté avec deux autres vétérans du combat pro-démocratie, Lee Cheuk Yan et Yeung Sum. Les trois hommes seront présentés à un tribunal le 5 mai.

Hong Kong a connu de juin à décembre sa plus grave crise politique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997, avec des manifestations parfois très violentes pour exiger notamment des réformes démocratiques et dénoncer l'emprise de Pékin sur les affaires hongkongaises

Le 31 août, des dizaines de milliers de personnes s'étaient rassemblées pour marquer le cinquième anniversaire du refus par Pékin d'organiser des élections au suffrage universel à Hong Kong. 

Cette décision fut le déclencheur du "Mouvement des parapluies" de 2014, marqué par 79 jours d'occupation du coeur financier et politique de la ville.

La manifestation du 31 août avait dégénéré en violents affrontements entre policiers et radicaux.

Pour contourner l'interdiction, certains manifestants avaient prétendu participer à des processions religieuses, qui n'impliquent pas d'autorisation particulière.

M. Lai est également accusé d'avoir intimidé un journaliste en 2018 lors d'une veillée à Hong Kong à la mémoire des victimes de la répression de Tiananmen, en 1989 en Chine.

"Ces arrestations injustifiables sont une tentative honteuse de harceler et de réduire au silence ceux qui appartiennent au mouvement pro-démocratie", a dénoncé le directeur d'Amnesty International Hong Kong, Man-Kei Tam.

"Cela est de nouveau l'illustration d'une tactique des autorités qui consiste à utiliser à des fins politiques des chefs d'accusation pour éradiquer les voix de l'opposition."

Le ministre taïwanais des Affaires étrangères, Joseph Wu, s'est également dit "attristé" au sujet de cette arrestation.

"Apple Daily est un symbole de la liberté de la presse et de la liberté d'expression et demeurera debout malgré les assauts répétés des forces malveillantes", a-t-il dit.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.