Fip va se recentrer sur la musique et supprimer des postes (direction)

Fip va se recentrer sur la musique et supprimer des postes (direction)
Bérénice Ravache, directrice de radio FIP. Photo prise à Paris le 27 août 2019 lors de la présentation de la grille de programmes de la station pour la saison à venir.

, publié le mercredi 20 novembre 2019 à 14h19

Fip  va supprimer 14 postes dans ses antennes locales et remplacer ses flashs info par des rendez-vous culturels, a indiqué mercredi à l'AFP la directrice de la station Bérénice Ravache.

Les postes des animatrices (les "Fipettes") et des coordinateurs vont être supprimés à Nantes, Strasbourg et Bordeaux, les trois antennes locales de Fip, avait annoncé Bérénice Ravache jeudi 14 novembre aux représentants des salariés, suivant les recommandations de la Cour des comptes et s'intégrant au plan d'économies de 60 millions d'euros de Radio France. 

Quatre nouveaux postes de "délégués musicaux" vont être créés dans ces trois villes et à Lyon. Ce seront "des points de contact physiques avec les acteurs culturels locaux", a expliqué mercredi la directrice de la station, qui compte pour l'instant 42 salariés permanents.

Envisagée depuis des années, cette réorientation avait provoqué une grève en 2017. Un nouveau préavis de grève contre le plan de départs volontaires a été déposé pour lundi prochain.

Les flashs d'actualité, présentés depuis Paris de 7h50 à 18h50, vont aussi être supprimés au profit de rendez-vous culturels. "J'ai souhaité qu'on puisse renforcer le côté hors du temps de Fip, loin de l'agitation du monde", a souligné Bérénice Ravache, prônant le côté "éclectique, indépendant et exclusif" de Fip, qui diffuse 42.000 titres différents par an.

En dépassant 1% d'audience à la rentrée, la radio bientôt quinquagénaire a montré qu'elle avait "toutes les raisons de nourrir une ambition nationale", s'est félicitée Bérénice Ravache. 

La station réalise déjà 75% de son audience sur ses supports numériques, se classant 5e radio digitale de France avec 10,2 millions d'écoute en octobre 2019 (+5% en un an) selon l'ACPM.

Avec le déploiement de la Radio numérique terrestre (DAB+) à partir de 2020, le "potentiel de conquête" est ainsi "extraordinaire" pour cette radio qui n'a que dix antennes FM, et a échappé plusieurs fois à une disparition annoncée.

S'ils ne choisissent pas d'intégrer le plan de 299 départs en cours de négociation à Radio France, les salariés pourront être formés pour intégrer France Bleu ou les équipes numériques de Radio France, sans quitter leur ville, a précisé Bérénice Ravache. Ils pourront également postuler en priorité pour les postes de délégués musicaux.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.