En pleine forme à la radio comme à la télé, Franceinfo mise sur les municipales cette année

En pleine forme à la radio comme à la télé, Franceinfo mise sur les municipales cette année
Un micro portant le logo de la nouvelle chaîne d'information Franceinfo à son lancement en septembre 2016

AFP, publié le vendredi 23 août 2019 à 08h06

Fortes toutes deux d'audiences en hausse, la radio et la chaîne d'information Franceinfo comptent renforcer leur collaboration cette année, notamment pour les municipales, un cap marqué par un nouvel habillage pour leur rentrée lundi.

Pour la jeune chaîne d'information du canal 27, cette quatrième saison est l'occasion de "renforcer la grille, de la rendre plus cohérente et d'asseoir notre maturité", commente à l'AFP son directeur Alexandre Kara.

Exit le slogan du lancement "Deux points ouvrez l'info", place à "Franceinfo... et tout est plus clair". 

L'habillage de la chaîne née de l'alliance entre France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et l'INA, a aussi été repensé pour être "plus sérieux, moins pop", explique Alexandre Kara.

Après des débuts poussifs, elle semble avoir trouvé son rythme de croisière avec une part d'audience oscillant entre 0,5 et 0,6% ces derniers mois, et une matinale arrivée plusieurs fois sur la 3e voire 2e place du podium cet été.

Si la matinale (6h30-9h30, coprésentée cette saison par Samuel Etienne et Johanna Ghiglia) reste une priorité, la chaîne renforce la mi-journée (9h30-13h00) avec l'arrivée de Louis Laforge pour plus de direct et une nouvelle tranche 13h00-17h00 présentée par Sophie Le Saint (ex-Télématin).

La grande nouveauté sera de 21h00 à minuit avec "Franceinfo Soir" qui reprend "plus de 80% de l'équipe du Soir 3 de France 3", notamment la journaliste Patricia Loison qui la coanimera avec Nathanaël de Rincquesen (Télématin) et Céline Bosquet.

Alexandre Kara souhaite en faire "un marqueur du paysage audiovisuel". Outre le JT de 23h00, la tranche comprend une interview et un magazine thématique quotidien: sport le lundi, Europe le mardi, fake news le jeudi ou encore économie le dimanche, en collaboration avec la radio Franceinfo.

- Environnement et fact-checking -

Avec la radio, "nous allons continuer à multiplier les opérations communes, avec notamment un premier événement pour les 30 ans de la chute du mur de Berlin, et renforcer nos liens sur le plan éditorial", assure-t-il.

Un nouveau rendez-vous commun débarque le dimanche dans l'optique des municipales, le "8h30 Franceinfo", une interview politique menée par Jean-Jérôme Bertolus et Matteu Maestracci.

"La plupart des grands médias ont leur rendez-vous politique le dimanche. Le nôtre sera le premier et ouvrira la journée", espère Vincent Giret, directeur de la radio.

Côté radio, la nouvelle grille de Franceinfo fera la part belle à l'environnement, au fact-checking et à la proximité avec de nombreuses émissions délocalisées, détaille-t-il à l'AFP.


Après des audiences au plus haut cette saison (8,1% en avril-juin, 8,6% en janvier-mars...), la radio prévoit quelques changements à la rentrée avec notamment l'arrivée du journaliste Frédéric Carbonne (auparavant le soir) sur la tranche 12h00-14h00, deuxième pic d'audience après la matinale, en remplacement d'Ersin Leibowitch.

Frédéric Carbonne délocalisera son émission dans la perspective des municipales en s'installant dans un bus de transport en commun de la ville visitée, avec un premier arrêt prévu à Grenoble fin septembre pour cette initiative originale.

Marc Fauvelle entamera sa deuxième saison à la matinale, avec comme nouveauté une chronique environnement quotidienne, "le billet vert" présenté par Anne-Laure Barral.

Il y aura aussi plus d'international avec la chronique "Le monde est à nous" de Lucas Menget et Olivia Leray (ex RTL) succèdera à Jean-Mathieu Pernin, parti pour RTL, à la chronique réseaux sociaux.

Le 5h00-7h00 sera désormais présenté par un duo, Xavier Monferran rejoignant Lucie Barbarin: "on a voulu retoucher la tranche pour la rendre plus chaleureuse et conviviale et avec plus de direct", explique Vincent Giret.

Autre priorité pour la radio, le fact checking, avec la création d'une "cellule désinformation" pilotée par le journaliste Antoine Krempf, spécialiste du sujet chez Franceinfo. Il sera épaulé par six étudiants de l'école de journalisme CFJ, chargés de la veille sur les réseaux sociaux.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.