En direct sur Cnews, Cédric Villani s'en prend à la chaîne et Eric Zemmour

En direct sur Cnews, Cédric Villani s'en prend à la chaîne et Eric Zemmour
Cédric Villani, le 6 septembre 2019, à Paris

, publié le mercredi 16 octobre 2019 à 15h14

Le candidat à la mairie de Paris qu'il a failli annuler sa venue à l'antenne de la chaîne d'information, s'en prenant à des propos du polémiste sur l'homosexualité.

"Si cela n'avait pas été aussi tard, j'aurais probablement annulé ma venue". Invité de la matinale de Cnews ce mardi 16 octobre, Cédric Villani s'en est pris à la chaîne d'information et son chroniqueur Eric Zemmour, dont la nouvelle émission avait commencé la veille.

Avant de répondre aux questions de Jean-Pierre Elkabbach, la député de l'Essonne a tenu un propos introductif offensif : "Je voudrais vous parler de quelque chose qui m'a travaillé jusqu'à ce matin. Hier soir, sur CNews, Eric Zemmour a encore une fois tenu des propos choquants, cette fois sur l'homosexualité. Il a parlé de l'homosexualité comme d'un choix, il a parlé du désir d'enfant comme d'un caprice. Ces propos visent à diviser et ils n'ont rien à faire à mon avis sur une chaîne d'information telle que la vôtre", a t-il lancé.



"En donnant une telle audience, vous légitimez ces propos qui ne visent qu'à diviser au moment où notre société n'en a pas besoin. Notre société a besoin de débats, de beaucoup de débats entre personnes d'avis différents mais pas de polémiques et pas de mépris!", a t-il conclu.Malgré le tollé déclenché il y a trois semaines par son très virulent discours anti-islam et anti-immigration, Eric Zemmour a fait son grand retour sur CNews, sans renier ses positions controversées. Le premier numéro de "Face à l'info", la nouvelle émission quotidienne de la chaîne d'info à laquelle participe Eric Zemmour, l'a vu d'abord débattre avec trois autres éditorialistes de la Turquie, sur un ton très posé, puis dans un tête-à-tête très tendu avec l'invité du jour, le journaliste et militant anti-islamiste Mohamed Sifaoui, sur l'islam, la République, et le port du voile.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.