Assassinat d'un journaliste au Mexique: le "maillon faible" condamné, selon la veuve

Assassinat d'un journaliste au Mexique: le "maillon faible" condamné, selon la veuve
Des journalistes mexicains rendent hommage à Javier Valdez, au premier anniversaire de son assassinat, le 15 mai 2018 à Monterrey (Mexique)

, publié le samedi 29 février 2020 à 04h46

La veuve de Javier Valdez, journaliste mexicain et collaborateur de l'AFP assassiné en 2017, a affirmé vendredi que la Justice mexicaine avait condamné "le maillon faible" dans cette affaire.

"Le Koala est le maillon faible d'une chaîne de complices", a affirmé Griselda Triana lors d'une conférence de presse à Culiacan (nord-ouest).

"Le Koala" est le surnom de Heriberto Picos Barraza, condamné jeudi à 14 ans et 8 mois de prison pour son rôle de chauffeur dans cet assassinat commis le 15 mai 2017.

"Justice n'a pas été complètement rendue", a-t-elle ajouté.

Les principaux auteurs de l'assassinat s'appellent selon l'accusation Luis Ildefonso Sanchez et Juan Francisco Picos Barrueto.

Le meurtre du cofondateur de l'hebdomadaire Riodoce et collaborateur du quotidien La Jornada, salué pour ses enquêtes sur le trafic de drogue, avait provoqué une vague d'indignation internationale.

Picos Barraza, qui les a amenés sur les lieux, a été jugé lors d'un bref procès après avoir prêté son concours à l'enquête.

"Ce court procès laisse à mes fils et à moi un goût doux-amer", selon Griselda Triana, car "il n'y a pas d'aveux".

Celle-ci est convaincue que l'assassinat a été commandité par Damaso Lopez Serrano, un narcotrafiquant furieux d'avoir été critiqué dans un article de Riodoce, et aujourd'hui incarcéré aux Etats-Unis.

Juan Francisco Picos Barrueto s'est vu offrir de plaider coupable en échange d'une peine de près de 21 ans de prison, s'il désignait Lopez Serrano comme commanditaire. Comme il a refusé, il doit être jugé à son tour et risque 22 à 50 ans de prison.

Javier Valdez avait été tué à la sortie de son bureau, après des enquêtes sur l'influence dans sa région natale de réseaux de trafiquants de drogue comme celui d'El Chapo (Joaquin Guzman).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.