Une journée de repos octroyée aux gendarmes provoque la colère des policiers

Une journée de repos octroyée aux gendarmes provoque la colère des policiers
Des képis de gendarmes (illustration). Un syndicat de policier a critiqué le 4 novembre 2016 le jour de repos accordé aux gendarmes.

publié le vendredi 04 novembre 2016 à 18h00

Un nouveau chapitre est en train de s'écrire dans la longue histoire de rivalité entre la police et la gendarmerie. Ce sont les policiers du Syndicat des cadres de la sécurité intérieure (SCSI, affilié à la CFDT) qui ont ouvert les hostilités en critiquant l'octroi aux gendarmes d'un jour de repos exceptionnel, le 26 novembre tous les ans, rapporte Le Parisien vendredi 4 novembre. Ce jour a été choisi en hommage à la patronne des gendarmes, sainte Geneviève.

UNE TRADITION DÉJÀ BIEN ANCRÉE

Les syndicalistes ont publié un communiqué dans lequel ils attaquent la décision d'accorder un tel avantage aux gendarmes, d'autant plus qu'il s'agit d'"honorer une sainte dans un pays où la laïcité est quotidiennement au centre de tous les débats". Ils en profitent, par la même occasion, pour demander eux aussi une "journée de repos exceptionnelle" pour les "policiers nationaux épuisés par une année difficile".

Il s'agit en fait d'officialiser une journée qui est déjà, traditionnellement dévolue à la célébration de la sainte patronne des gendarmes. Les militaires organisent en effet, tous les 26 novembre ou à une date proche, un "pot de l'amitié", où préfets, élus et magistrats sont conviés. Le nouveau directeur de la gendarmerie, Richard Lizurey, a donc décidé d'accorder un jour de repos à cette date,"dans un souci de cohésion qui n'a rien à voir avec la religion", rappelle Le Parisien.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.