Une coureuse israélienne promet de retenir la leçon après une bévue

Chargement en cours
L'athlète israélienne Lonah Chemai Salpeter effondrée parès la fin de la course du 5.000 mètres aux championnats d'Europe d'athlétisme à Berlin, le 12 août. La coureuse s'est arrêtée de courir un tour trop tôt
L'athlète israélienne Lonah Chemai Salpeter effondrée parès la fin de la course du 5.000 mètres aux championnats d'Europe d'athlétisme à Berlin, le 12 août. La coureuse s'est arrêtée de courir un tour trop tôt
1/3
© AFP, Michael Kappeler, DPA

AFP, publié le lundi 13 août 2018 à 19h54

La coureuse israélienne d'origine kényane Lonah Chemtai Salpeter a promis lundi de retenir la leçon après une incroyable bourde sur 5.000 mètres aux championnats d'Europe d'athlétisme à Berlin, qui lui a pourtant valu un élan de sympathie dans son pays d'adoption.

La méprise de l'athlète de 29 ans, qui a arrêté de courir parce qu'elle croyait --à tort-- la course terminée et la médaille d'argent conquise, pourrait avoir contribué autant à sa notoriété internationale que sa victoire sur 10.000 mètres le mercredi précédent.

"Je suis contente de pouvoir apprendre de cette erreur, et j'essaierai d'être plus maline la prochaine fois", a-t-elle réagi une fois surmontée son immense déception sur la ligne d'arrivée, ses pensées déjà tournées vers les championnats du monde 2019 à Doha.

En quelques jours, la sportive à la trajectoire personnelle déjà hors normes est passée du statut de reine du fond à celui d'héroïne tragique.

Mercredi, Lonah Chemtai Salpeter, naturalisée israélienne en 2016, avait donné à Israël sa seule médaille d'or de la compétition, en même temps que la première consécration pour une Israélienne dans un championnat d'Europe d'athlétisme. Israël bien que situé au Moyen-Orient est rattaché à la zone Europe pour de nombreuses compétitions sportives.

Dimanche soir, à l'issue d'un sprint échevelé, elle pensait bien avoir encore enrichi son palmarès, franchissant la ligne d'arrivée juste derrière la future vainqueur de l'épreuve, la Néerlandaise Sifan Hassan.

Lonah Chemtai-Salpeter relâche alors sa course et, incrédule, couvre de ses mains son visage fendu d'un large sourire.

Sauf qu'il reste en fait un tour...

En direct devant les caméras de télévision du monde entier, elle se rend compte de sa bévue en voyant Sifan Hassan continuer à amples foulées.

"Que se passe-t-il? Pourquoi s'arrête-t-elle? Je n'arrive pas y croire... Aïe, aïe, aïe", se lamente, effondrée, la commentatrice israélienne de la chaîne Sport 5. 

En quelques instants, Lonah Chemtai Salpeter se relance. Mais son impulsion a été brisée et elle a, à l'évidence, mis toutes ses ressources dans le dernier tour de piste qui n'en était pas un. Sa poursuivante, la Britannique Eilish McColgan, alors troisième, la laisse sur place dans le virage.

- "Une vraie bombe" -

Puisant dans ses réserves, Lonah Chemtai-Salpeter termine malgré tout quatrième et s'effondre sitôt passée la ligne d'arrivée enfouissant sa tête dans ses bras, dépitée.

Au lendemain de cette déconvenue, elle a recouvré le sourire. Déçue certes, mais déterminée à en tirer des leçons plutôt qu'à se lamenter.

"Qu'est-ce que je peux y faire? Je ne peux pas revenir en arrière", dit-elle dans une vidéo sur le site d'information israélien Ynet.

Sa joie puis sa détresse ont ému les médias israéliens quand bien même, bévue ou pas, elle ne serait pas montée sur le podium. 

Au bout du compte, elle a en effet été disqualifiée pour un mauvais départ lors duquel elle s'est rabattue trop tôt.

"Il ne faut pas oublier qu'il n'y a pas longtemps que Lonah court au plus haut niveau. Elle est tombée, mais elle sait se relever", dit le président de la fédération israélienne d'athlétisme Ami Baran.

L'épisode semble n'avoir fait qu'ajouter à la popularité de la jeune femme, arrivée en Israël pour s'occuper des enfants d'un diplomate kényan en 2008.

Elle pratiquait déjà la course, mais a fait la connaissance de l'entraîneur israélien Dan Salpeter, devenu depuis son mari et le père de leur fils, selon le site du quotidien Times of Israel. Elle n'a obtenu la citoyenneté israélienne qu'en 2016 après avoir gagné le marathon de Tel-Aviv, selon la presse.

"Tu es une vraie bombe", a tweeté le Premier ministre Benjamin Netanyahu avant et après le 5.000 m, avec une photo d'elle tenant le drapeau israélien, "tu as apporté de la fierté à notre pays".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU