Un site américain de tricot a maille à partir avec Trump

Un site américain de tricot a maille à partir avec Trump
Un cours de tricot à New York, le 5 février 2004

AFP, publié le mardi 25 juin 2019 à 22h05

Les adeptes du tricot aux Etats-Unis ont les nerfs en pelote depuis que le site Ravelry, "le Facebook du tricot", a décidé de bannir les contenus pro-Trump.

Tricoteurs, tricoteuses et experts en crochet ont été surpris de voir leur discipline de prédilection plongée cette semaine dans le bouillant chaudron de la politique américaine.

"Nous interdisons de soutenir Donald Trump et son gouvernement sur Ravelry", a annoncé abruptement dimanche le site spécialisé, qui affirme fédérer huit millions de membres.

"Nous ne pouvons offrir un espace de tolérance qui soutienne en même temps (les thèses) déclarées de la supériorité blanche", a justifié Ravelry.

Selon le site internet, "soutenir le gouvernement Trump revient indéniablement à soutenir le suprémacisme blanc". Ravelry s'est toutefois gardé de préciser quelles mesures gouvernementales il considérait racistes.

Le site a tenu à rassurer ses membres sur le fait que tous les patrons, canevas, macramés et autres travaux en cours demeureraient sauvegardés en ligne, quelles que soient les opinions politiques de leurs auteurs. 

"Nous ne soutenons pas les démocrates et nous n'interdisons pas les républicains", a tempéré Ravelry. 

Reste que la décision du site internet n'a pas été du goût de nombreux fans de tricot républicains, qui ont fait savoir sur les réseaux sociaux qu'ils étaient partisans de Donald Trump sans pour autant se considérer racistes.

Nombreuses ont été les tricoteuses à se désinscrire cette semaine de Ravelry, en dénonçant un militantisme politique du site selon elles déplacé.

"Trump est toujours notre président et cela me fait sourire au quotidien", a tweeté Michelle Hughes, une écrivaine conservatrice, en publiant la photo d'un bonnet tricoté affichant le nom du président.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.