Sanctions: des internautes iraniens raillent Trump pour s'être trompé de Guide

Sanctions: des internautes iraniens raillent Trump pour s'être trompé de Guide
Le président américain Donald Trump (C), accompagné du vice-président Mike Pence (D) et du secrétaire au Trésor Steven Mnuchin (G), lors de l'annonce de nouvelles sanctions contre l'Iran, le 24 juin 2019 à Washington DC

AFP, publié le mardi 25 juin 2019 à 13h26

Le président américain Donald Trump a été l'objet de railleries d'internautes iraniens mardi, après avoir annoncé la veille des sanctions financières contre l'ayatollah Rouhollah Khomeiny... mort en 1989.

"Les actifs de l'ayatollah Khomeiny et de son bureau ne seront pas épargnés par ces sanctions", a déclaré lundi M. Trump en lisant un texte annonçant la signature d'un décret empêchant "le guide suprême (iranien), son équipe et d'autres qui lui sont étroitement liés d'avoir accès à des ressources financières essentielles".

Problème: le guide suprême iranien est l'ayatollah Ali Khamenei, qui a pris la tête de la République islamique à la mort de son fondateur et premier guide, Khomeiny en 1989.

"Trump ne sait pas que l'ayatollah Khomeiny est mort et que l'ayatollah Khamenei dirige l'Iran", a réagi Sara Massoumi, correspondante diplomatique du quotidien réformateur Etemad.

Les utilisateurs iraniens de Twitter y sont allés de bon coeur.

"Khamenei a dit un jour +Ronald+ au lieu de +Donald+", a écrit @danialshaigan à propos d'un lapsus qu'aurait commis le guide suprême lors d'un discours en écorchant le prénom du président américain. "Trump a pris sa revanche", a-t-il ajouté.

"Ce Narcisse (Trump, NDLR) attend (qu'un mort) l'appelle?", a raillé @saeedIran, en faisant allusion aux propos du chef de l'Etat américain qui avait déclaré le 9 mai à propos de l'Iran: "Je voudrais qu'ils m'appellent (...), nous sommes prêts à la discussion."

@BahramAsadzadeh a pour sa part avancé qu'il existait un complot au sein même du gouvernement américain contre M. Trump: "Ils le font passer pour un bouffon!", écrit-il, en référence au texte lu par l'hôte de la Maison Blanche.

"Vous voyez bien: il est en train de lire à haute voix" et, pendant ce temps, d'autres "assemblent des preuves pour dire qu'il est dément".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.