Norvège : une baleine blanche utilisée comme arme par l'armée russe?

Norvège : une baleine blanche utilisée comme arme par l'armée russe?
Dans les années 1980, la Russie soviétique entraînait des dauphins à des fins militaires. Illustration.
A lire aussi

Orange avec AFP-Services, publié le lundi 29 avril 2019 à 14h02

Des pêcheurs norvégiens ont découvert une baleine blanche équipée d'un harnais s'attaquant à leur bateau. Selon des experts elle pourrait avoir été entraînée par la marine russe. 

Une baleine blanche utilisée comme arme par les Russes? Des pêcheurs norvégiens disent avoir découvert la semaine dernière à Inga, dans le nord du pays, un cétacé équipé d'une sorte de harnais permettant d'y fixer un appareil photo ou une arme. 

Selon le quotidien britannique The Guardian qui relaye les explications des pêcheurs auprès du média norvégien NRK, l'animal aurait eu un comportement étrange, comme s'il souhaitait s'attaquer aux bateaux.


Le comportement de l'animal, son harnais ajusté font penser à certains experts norvégiens que la baleine pourrait avoir été entraînée par l'armée russe. À l'intérieur du harnais, une inscription était lisible portant la mention "Équipement de Saint Petersbourg".

Un programme d'entraînement militaire

Si les scientifiques russes, contactés par leurs homologues norvégiens, assurent n'avoir aucun lien avec l'animal, ils pointent "la marine russe basée à Mourmansk" raconte Audun Rikardsen, professeur au département de biologie arctique et marine à l'Université arctique de Norvège. 



Le quotidien britannique rappelle que dans les années 1980 la Russie soviétique entraînait des dauphins à des fins militaires, leur vision précise et leur excellente mémoire leur permettant de détecter des armes. 

Le programme avait été clos dans les années 1990, mais un reportage de la télévision Zvezda, dirigé par le ministère de la Défense russe, avait révélé que la Russie avait recommencé à entraîner des bélugas, des otaries, et des dauphins a des fins militaires dans les eaux polaires, rapporte le Guardian.  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.