Nemo, le chien présidentiel, "croule sous les cadeaux" des Français

Nemo, le chien présidentiel, "croule sous les cadeaux" des Français
Nemo suscite un "véritable engouement" auprès des Français, selon Le Parisien, à tel point qu'ils lui offrent plein de cadeaux.

Orange avec AFP, publié le jeudi 14 décembre 2017 à 16h40

Selon Le Parisien, le chien présidentiel, Nemo, adopté fin août dans un refuge de la Société protectrice des animaux (SPA), "croule sous les cadeaux envoyés par ses admirateurs".

Jouets, colliers, nourriture... Le croisé griffon-labrador d'"un an ou deux" est "une vraie vedette", explique au quotidien un "habitué" de l'Élysée.

"Il reçoit plus de cadeaux que le président lui-même ! Nemo n'a que l'embarras du choix, mais semble porter sa préférence sur un jouet en forme de faisan", ajoute-t-il. Son collier est également un présent reçu par l'Élysée. On peut y lire "Je m'appelle Nemo, je vis à l'Élysée".

"BEAUCOUP MIEUX ÉLEVÉ"

"Le chien s'est aussi adapté à sa nouvelle demeure, lui qui est devenu un familier de l'Aile Madame, la partie privée de l'Élysée", précise le quotidien. Mascotte du palais présidentiel, Nemo fait régulièrement parler de lui, le plus souvent pour des petites bêtises. Il s'était notamment invité, fin août, à une entrevue officielle entre Emmanuel Macron et l'ancien vice-chancelier allemand, Sigmar Gabriel.

En octobre, il avait également uriné sur une cheminée de l'Élysée en pleine réunion entre son maître et trois membres du gouvernement. "Il n'a pas toujours été très bien élevé, mais ça va beaucoup mieux", assure au quotidien un collaborateur du président.



Ce mâle de couleur noire a succédé à Philae à l'Élysée, une jeune chienne labrador offerte en décembre 2014 à François Hollande par la Fédération des anciens combattants français de Montréal. Celle-ci a quitté l'Élysée avec son maître en mai dernier. Depuis 50 ans, tous les présidents français ont eu un chien à l'Elysée, qui dispose de vastes jardins. Et la plupart ont choisi un labrador.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.