Le Havre : les douanes lui revendent une voiture volée

Le Havre : les douanes lui revendent une voiture volée

Un douanier à la frontière luxembourgeoise, le 13 novembre 2015 (image d'illustration)

Orange avec AFP, publié le mercredi 15 février 2017 à 14h00

Un automobiliste a fait l'acquisition d'une voiture dans une vente aux enchères des douanes du Havre (Seine-Maritime). Le véhicule s'est révélé inutilisable car il était fiché comme étant volé, selon une information de Ouest-France.

L'acheteur a porté plaine contre le service des douanes et le commissaire-priseur de la vente.

Impossible de rouler au volant de sa voiture, au risque de faire l'objet de poursuites judiciaires. Un habitant de Clichy-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine, a rapidement déchanté après l'achat de sa nouvelle voiture. L'homme de 46 ans souffre d'un handicap au dos qui l'invalide à 80%, selon Ouest-France. Pour se déplacer malgré tout, il a fait l'acquisition d'un véhicule automatique au Havre, dans le courant du mois de janvier. La vente était organisée par le service des douanes. Mais au moment de faire immatriculer la voiture, un détail cloche. À la préfecture, on lui explique que son véhicule est répertorié comme volé. "Lorsqu'ils ont renseigné le numéro de série sur leur fichier informatique Schengen, une alerte est apparue", a déclaré l'homme au journal régional.



Le véhicule avait en réalité été immatriculé au Cameroun et déclaré volé en Espagne. Pour les 20.000 euros qu'il a déboursés, le propriétaire n'a donc rien pu faire de sa voiture. Il a porté plainte fin janvier contre les douanes du Havre ainsi que le commissaire-priseur chargé de la vente.

- LETTRE DE MICHEL SAPIN -

"Je me retrouve avec un morceau de ferraille qui m'a coûté près de 20.000 euros avec les réparations, sans solution des parties concernées", déplore l'acheteur. Selon le commissaire-priseur, contacté par Ouest-France, l'une des clauses de la vente stipule clairement qu'"aucune réclamation ne sera admise". Le ministre de l'Économie Michel Sapin a adressé une lettre au plaignant. "Il est écrit qu'il a fait suivre au ministère de la Justice. Le dossier est donc suivi en haut lieu. J'ai l'espoir d'une réponse rapide. J'irai jusqu'au bout", ajoute l'automobiliste.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
20 commentaires - Le Havre : les douanes lui revendent une voiture volée
  • Ce n'est la première fois que cela arrive, cela arrive même parfois suite à la vente de garage sur saisie, il faut bien vérifier que le certificat de vente du commissaire priseur ne porte pas la mention "filiation non vérifiée" c'est arrivé, surtout si le véhicule est vendu avec la mention "sans documents".
    J'ai même connu un cas ou le véhicule vendu en France par un commissaire priseur français appartenait en réalité à un Belge parti à l'étranger et qui avait laissé sa voiture dans un garage qui avait été saisi.

  • comment cette voiture est arrivé au douane et chez un commissaire priseur soit elle a été saisi ou soit le fichier Européen des voitures volées est défaillant , cherchez l'erreur

  • Super on sent bien le travail de vérification fait avant de vendre une voiture. Pourtant les douanes ont accès au fichier des voitures volé et pas que le fichier français.

  • Le propriétaire a du se faire remboursé par son assurance , on enleve la voiture du fichier des vols et on laisse conduire ce monsieur , au lieu de sa l'affaire va monopolisé des fonctionnaires , un ou deux tribunaux et le contribuable va sortir avec une note 1 millions d'euro pour une voiture a 20000.

  • les douanes se dedouanes, c'est pas de la faute du commissaire priseur, il n'ai pas sorti de l'auberge le gars