La prouesse surréaliste d'un Italien après une dispute avec sa femme

La prouesse surréaliste d'un Italien après une dispute avec sa femme©Panoramic - Photo d'illustration

, publié le samedi 05 décembre 2020 à 12h25

Faisant fi du couvre-feu en vigueur sur tout le territoire italien, un quadragénaire a été arrêté à 450 km de son domicile. Il marchait depuis une semaine, pour se détendre, rapporte Il Resto del Carlino.

Il est déjà surnommé le "Forrest Gump italien".

Un homme de 48 ans a été arrêté par des policiers à 2 heures du matin, dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre, alors que toute l'Italie est soumise à un couvre-feu entre 22h et 5h, depuis le 5 novembre, afin d'endiguer l'épidémie de coronavirus, rappelle Il Resto del Carlino. L'homme boitait. Il faut dire que depuis une semaine il marchait quelque 60 km par jour.


Le "randonneur" a expliqué aux forces de l'ordre de la cité balnéaire de Fano, situé sur la côte est de l'Italie, qu'il marchait sans s'arrêter depuis une semaine. Une manière de se changer les idées après une dispute à 450 km de là avec son épouse. Selon ses déclarations, il ne se serait pas rendu compte de la distance parcourue depuis son domicile, au sud-est de Côme.

Des retrouvailles assorties d'une amende

"Je n'ai utilisé aucun moyen. Ces jours-ci, j'ai mangé et bu parce que les gens que j'ai rencontrés en chemin m'ont offert de l'eau et de la nourriture. Je vais bien. Je suis juste un peu fatigué", a-t-il expliqué aux fonctionnaires, avant d'accepter de les suivre au poste de police. Ces derniers ont découvert, en enquêtant, que l'épouse du quadragénaire avait signalé sa disparition une semaine auparavant, à la suite d'une dispute.

Mais tout est bien qui presque finit bien. Une fois informée, l'épouse a pris la direction de Fano pour venir chercher son mari. Des retrouvailles assorties d'une amende de 400 euros, pour non respect des restrictions de déplacement. En effet, des restrictions existent entre les régions en fonction de la situation épidémiologique. Elles complètent celles liées au couvre-feu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.