La première dame japonaise a-t-elle fait semblant de ne pas parler anglais pour éviter Trump ?

La première dame japonaise a-t-elle fait semblant de ne pas parler anglais pour éviter Trump ?
Journalistes et internautes mettent en doute le fait que Akie Abe ne sache pas parler anglais.

Orange avec AFP, publié le vendredi 21 juillet 2017 à 13h45

Les réseaux sociaux sociaux frémissent depuis jeudi 20 juillet et la publication d'une grande interview de Donald Trump dans le New York Times. Il y évoque, parmi de nombreux sujets et des déclarations parfois sidérantes, un repas lors du dernier G20, à Hambourg.

Ce soir-là, le président des États-Unis était assis à côté de la femme du premier ministre japonais Shinzo Abe, Akie Abe.

"J'étais assis à côté de l'épouse du Premier ministre Abe, qui est un type formidable d'après moi, et c'est une femme formidable, mais elle ne parle pas anglais", a-t-il expliqué à la journaliste du New York Times. En réponse à son étonnement, Donald Trump confirme : "Même pas 'Hello'". Il y avait bien un interprète japonais, s'est souvenu Donald Trump, "sinon cela aurait été encore plus dur."

SIMPLE TIMIDITÉ ?

Mais l'affaire ne s'arrête pas là. Des journalistes et des internautes ont mis en doute, sur Twitter, le fait que la première dame japonaise ne sache pas parler anglais. Ils s'appuient notamment sur une vidéo dans laquelle AKie Abe participe à une conférence au cours de laquelle elle parle anglais pendant une quinzaine de minutes. Une journaliste de l'AFP a également souligné le fait que Akie Abe avait travaillé dans la plus grande agence de publicité au monde et avait étudié dans une prestigieuse école japonaise.

D'autres internautes, quant à eux, estiment que Akie Abe a simplement fait preuve de timidité, craignant notamment d'être mal comprise par son interlocuteur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.