L'identité du tueur en série de chats de Londres enfin révélée

L'identité du tueur en série de chats de Londres enfin révélée
Le tueur des chats en série s'est finalement révélé être... des renards

AFP, publié le jeudi 20 septembre 2018 à 14h50

Plus de 400 victimes, majoritairement des chats, ont été recensées à Londres: le coupable n'était finalement pas un mystérieux tueur en série d'animaux, mais des renards, a conclu la police jeudi après trois ans d'enquête. 

"Après un examen approfondi des preuves disponibles, les policiers (...) ont conclu que les centaines de mutilations de chats signalées à Croydon et ailleurs n'ont pas été commises par un être humain, mais résultent probablement de prédateurs ou de charognards", a indiqué la police dans un communiqué.

"Il n'y avait pas de témoin, pas de modèle de comportement identifiable et pas de piste médico-légale pointant une implication humaine", a-t-elle ajouté. 

L'enquête de Scotland Yard avait commencé en septembre 2015 après de premiers signalements par des membres du public de chats mutilés, la tête et la queue souvent sectionnées, dans le district de Croydon, dans le sud de Londres. 

"Il n'y avait aucune preuve que ces chats avaient été tués par un être humain, mais en évoquant un +Tueur de chats de Croydon+ (...) les médias ont suscité une inquiétude générale au sein du public", a souligné la police.

La crainte était notamment de voir le mystérieux criminel passer à une autre étape, en s'en prenant ensuite aux humains. 

En 2016, une autopsie menée sur 25 chats à la demande d'une petite association de protection des animaux, Snarl, avait conclu à une mort par traumatisme à la suite d'un choc brutal, par exemple une collision avec un véhicule. Seuls six cas étaient considérés comme suspects. 

En 2017, des images de vidéosurveillance fournies par des particuliers montraient un renard transportant la tête d'un chat, déposée dans le jardin d'une maison ou une cour de récréation. 

D'autres autopsies, menée en juin 2018 sur trois chats et deux lapins, ont conclu par la suite à des mutilations causées par des animaux prédateurs ou des charognards. De l'ADN de renard a été décelé autour des blessures. 

Au vu des ces informations, les cas suspects ont été réexaminés pour finalement aboutir à la même conclusion, selon la police. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.