Incarcéré en Savoie, un détenu refuse de réintégrer sa cellule car il préfère la prison de Béziers

Incarcéré en Savoie, un détenu refuse de réintégrer sa cellule car il préfère la prison de Béziers

Photo prise le 17 novembre 2009, de la nouvelle maison d'arrêt de Béziers, qui aura une capacité de 810 places.

Orange avec AFP, publié le dimanche 12 février 2017 à 15h07

INSOLITE - Drôle d'histoire que ce détenu qui a profité d'une permission pour bonne conduite pour... changer de prison !

"J'avais prévenu la juge.

Je lui ai dit que le jour où elle me donnerait une perm', qu'elle ne s'attende pas à ce que je revienne ici", a déclaré lors de son procès mercredi 8 février, un prévenu de 25 ans.

Le 30 décembre 2016, en raison de sa bonne conduite depuis le début de son incarcération en août 2014 à la prison d'Aiton en Savoie, le détenu a obtenu une permission de sortie temporaire pour célébrer les deux ans de sa fille. Mais au moment de réintégrer deux jours plus tard son établissement pénitentiaire, il change d'avis au dernier moment et prend le train pour Marseille puis pour Béziers. Le juge a d'ailleurs résumé ainsi cette "cavale". "Vous vous êtes présenté à la maison d'arrêt d'Aiton une heure avant, mais vous avez souhaité griller une cigarette. Vous vous êtes dirigé vers une voiture et êtes parti avec le conducteur à qui vous avez offert 20 euros. Vous avez ensuite pris le train pour Marseille, puis pour Béziers".


Mais loin de vouloir s'enfuir, le jeune homme de 25 ans s'est présenté le 3 janvier à 9 heures au commissariat de Béziers, où il a été immédiatement placé en garde à vue. Il est ensuite incarcéré au Gasquinoy, la prison de Béziers, l'établissement qu'il avait demandé.

"Il n'y a pas de rats, pas de cafards." C'est ainsi que cet homme a justifié son acte et sa préférence pour la prison de Béziers. "Nous avons des problèmes à Aiton, mais certainement pas de propreté ou de salubrité. La prison date de 1992 et elle est propre", a répliqué un syndicaliste de l'UFAP Unsa Justice, au Dauphiné libéré.


Le juge a toutefois décidé de le condamner à trois mois supplémentaires, lui qui devait être libéré au début du mois d'octobre 2017.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
26 commentaires - Incarcéré en Savoie, un détenu refuse de réintégrer sa cellule car il préfère la prison de Béziers
  • est que la prison et sur l'emplacement de l'ancienne forteresse militaire (vraie prison pour les vrais durs mili,on disait "aller au fort aiton"?

  • Il ya un minimum a respecter envers les prisonniers, la presence de cafard ou de rats dans une prison est inacceptable

    avatar
    zero69  (privé) -

    Pourtant, il y en a plus qu'on ne pense......

    made in france trois a cheval / bien c'est leur conduite qui les a menés en prison, bien sur ils sont fautifs, mais la presence de rats dans ou de punaises n'est pas normale, ils doivent etre punis mais la prison doit etre propre c'est un minimum de decence.

  • Il faudrait construire plus de prisons. C'est un peu flippant d'apprendre que des sympathisants au djihadisme sont relâchés dans la nature avec un collier... La peine de mort rétablie libérerait des places.

  • Ce détenu récalcitrant devrait méditer ceci : Quand on n a pas ce que l on aime , on aime ce que l on a !

  • l'UFAP Unsa Justice est un syndicat gangréné par le FN!

    et les autres par les cocos de la cgt ,pas mieux !