Île de Ré : elle découvre une perle dans une palourde

Île de Ré : elle découvre une perle dans une palourde
Une pêcheuse de palourdes à Vigo, dans le nord-ouest de l'Espagne, en décembre 2017 (photo d'illustration).

, publié le mardi 31 juillet 2018 à 15h17

On peut appeler ça une pêche miraculeuse. Une habitante de l'Île de Ré (Charente-Maritime) a eu l'incroyable surprise de découvrir une perle dans l'une de ses palourdes pêchées le dimanche 29 juillet sur l'une des plages de l'île, rapporte Sud Ouest.

On trouve des perles très rarement dans certaines huîtres, mais Lucienne a eu la chance d'en trouver une en ouvrant une palourde, chose encore plus rare.

Le mollusque en question a été récupéré dimanche matin sur la plage de la Cible à Saint-Martin-de-Ré par cette "adepte de la pêche à pied" âgée de 68 ans, précise le quotidien régional.



La perle en question a une couleur aubergine. Des précédents avaient déjà été répertoriés dans la presse régionale. Mais "c'est quand même une probabilité assez mince", expliquait en décembre 2017 à nos confrères de la RTBF Barbara Louys, spécialiste des perles, après la découverte d'une perle du même type à Pleyber-Christ (Finistère). "La probabilité de trouver une perle fine dans une palourde est quasi nulle", notait-elle.



Une perle de palourde, d'huître ou de moule se crée lors que l'animal entrouvre sa coquille pour se nourrir. Le mollusque filtre alors l'eau de mer et il peut arriver qu'une impureté ou un grain de sable vienne se loger entre la coquille et le manteau, la partie la plus externe du corps mou du coquillage. Celui-ci réagit et entoure l'intrus de nacre.

"Ce qui fait vraiment la beauté d'une perle c'est son lustre, son poids et son orient, c'est-à-dire la façon dont elle brille", précisait Barbara Louys, nuançant la possibilité de transformer ce type de perle en bijou. "En effet, la nacre de l'huître comestible n'est pas d'aussi belle que celle d'une perle de culture".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.