Frank, 11 ans, jardinier d'un jour à la Maison Blanche

Frank, 11 ans, jardinier d'un jour à la Maison Blanche

Frank Giaccio (à gauche) et Donald Trump à Washington, le 15 septembre 2017.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le samedi 16 septembre 2017 à 20h15

À 11 ans, il n'avait qu'un rêve en tête : tondre la pelouse de la Maison Blanche. Vendredi 15 septembre, Franck a pu satisfaire son ambition.

Et rien ne l'a détourné de sa tâche... Pas même la visite du maître des lieux.

"Même si je n'ai que 10 ans, je voudrais montrer au pays ce que les jeunes comme sont prêts à faire". La lettre que Frank Giaccio a écrite au siège du pouvoir américain il y a quelques mois a peut-être plu à Donald Trump par son ton volontaire. Ou alors parce que l'enfant encensait le sens des affaires du président des États-Unis. Quoi qu'il en soit, son rêve de tondre bénévolement la pelouse de la Maison Blanche a été exaucé.

Short beige, polo rouge, Frank Giaccio s'affairait depuis 10 minutes sous un soleil éclatant quand Donald Trump, portant sa célèbre cravate rouge, est venu lui rendre visite. Très concentré, l'enfant ne s'est pas immédiatement arrêté, continuant sa tâche, impassible. Lunettes de protection sur les yeux et mains recouvertes par des gants, il a ensuite, sur les conseils de son père, tapé dans la main du président américain, qui lui a dit qu'il faisait un "super boulot". Pas si surprenant, quand on sait que Frank est un véritable entrepreneur : il est à la tête de son service de jardinage, en Virginie. Sur CNN, il a expliqué qu'il tondait les pelouses de ses voisins pour 8 dollars.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - Frank, 11 ans, jardinier d'un jour à la Maison Blanche
  • en France ce serait impossible vous auriez sur le dos une myriade d'associations de défense de l'enfant
    aux USA c'est une culture d'apprendre très trop la valeur de l'argent par le travail
    et tout le monde se prête volontiers à la chose de faire faire des petits boulots à ses petits voisins

    En même temps, le travail a été effectué de manière bénévole : il suffit de lire !

    portalis1 la tonte à la maison blanche oui mais lisez ce qu'il fait en temps normal
    c'est vrai il suffit de lire mais aussi de tout lire
    "on sait que Frank est un véritable entrepreneur : il est à la tête de son service de jardinage, en Virginie. Sur CNN, il a expliqué qu'il tondait les pelouses de ses voisins pour 8 dollars"

    Ceci dit, parler d'entreprise est peut-être excessif. Peut-être est-il tout seul dans cette entreprise ?

    Pourquoi vous ne connaissez pas des gamins qui rendent des petits services pour gagner quelques euros ?

    portalis1 je vous parle de culture sociétale
    celle de la nécessité de travailler pour réussir dans la vie
    en france meme l'idée de faire participer au monde associatif quelques heures pour toucher le RSA a soulevé un tollé

    Vous soulevez là, Vivarais, un point capital de la philosophie du travail. Vous dites : "je vous parle de culture sociétale
    celle de la nécessité de travailler pour réussir dans la vie" (sic).
    Il faudrait surtout parler de la nécessité de travailler pour réussir sa vie, plutôt que "dans" la vie. Là, l'individu verrait mieux que le travail, quel qu'il soit, n'a pas que la valeur du salaire qui lui est attaché et qui n'est qu'une valeur individuelle, donc égocentrique. Il verrait mieux que le travail a une valeur sociale, celle de participer à un élan général, celle de participer à la construction de quelque chose de plus grand que soi, de plus pérenne que soi. Un peu comme les bâtisseurs de cathédrale.
    Mais ça...

    Libre à vous de rejoindre ceux qui considèrent certains comme des fainéants !

    Portalis voulait dire, je suppose : "Libre à vous de rejoindre ceux qui se considèrent comme des fainéants !"

  • avatar
    jacounet  (privé) -

    Très bien ... C'est en laissant à des jeunes comme lui la possibilité de réaliser leurs rêves que l'on forme les entrepreneurs de demain !