Insolite

Deux-Sèvres : depuis 20 ans, des villageois et un châtelain sont en guerre à cause... d'une chapelle

Depuis vingt ans, un châtelain et les habitants du petit village d’Oroux, dans les Deux-Sèvres, revendiquent la propriété d’une chapelle, rapporte Ouest-France. Un médiateur a même été nommé.

À qui appartient la chapelle située entre le château et l’église d’Oroux ? Le châtelain et les habitants revendiquent la propriété du lieu. La querelle agite le petit village de cent âmes depuis vingt ans, explique Ouest-France le 13 septembre. Généralement, lorsque l’on entend parler de la commune, c’est pour vanter la beauté de son château. Depuis 1999, il est occupé par la famille Ambrogi. La propriété est voisine de l’église située au centre du village. Entre les deux, une petite chapelle. Une ouverture permet à la famille du châtelain d’accéder à l’église en passant par la chapelle. Et ce, directement depuis le château. De quoi compliquer la situation.

Le 31 août, le ton est monté lors d’une réunion entre la mairie et le châtelain, à laquelle vingt-cinq habitants participaient. Elle avait lieu en présence d’une géomètre afin de délimiter clairement les limites de propriété entre le château et l’église. Celle-ci a fini par demander aux habitants de sortir. En juillet 2022, la commune avait fait verrouiller la porte séparant le château et l’église, empêchant la famille Ambrogi d’y entrer directement, alors qu’elle y organisait parfois des cérémonies.

Des grilles ou un mur

Pascal-Raphaël Ambrogi, lui, aimerait pouvoir accéder librement à la chapelle, qu’il considère comme sa propriété. Dès le 30 août 2022, il avait demandé à la commune de rouvrir la porte. Vingt et un an plus tôt, il avait déjà demandé à acheter la chapelle. Il s’était heurté au refus de la commune qui, en s’appuyant sur le cadastre, estimait que la chapelle était sienne. La commune a depuis été assignée en référé devant le tribunal de Niort et un médiateur a été nommé. Si la décision de faire un bornage à l’amiable a été prise, un écart existe entre la théorie et la pratique. D’ailleurs, si Oroux perd la propriété de la chapelle, les élus envisagent d’installer des grilles ou un mur afin de la séparer de l’église.

publié le 15 septembre à 12h21, Cathy Gerig, 6Medias

Liens commerciaux