Deux activistes papous interdits d'étuis péniens au tribunal de Jakarta

Deux activistes papous interdits d'étuis péniens au tribunal de Jakarta©ADEK BERRY, AFP

, publié le lundi 20 janvier 2020 à 15h13

Deux activistes papous jugés pour trahison à Jakarta ont été forcés lundi par la cour à retirer leurs étuis péniens traditionnels, une décision qu'ils ont qualifiée de "raciste". 

Le tribunal a refusé d'entamer ses travaux tant que les deux hommes, Dano Anes Tabuni et Ambrosius Mulait, qui s'étaient présentés nus, simplement vêtus de leurs étuis, refuseraient d'enfiler des pantalons. 

Après plusieurs heures de négociations les deux hommes, qui portaient également des coiffures de plumes traditionnelles, des maquillages tribaux et avaient peint le mot "Singe" sur leurs torses, ont accepté de retirer leurs étuis péniens et de revêtir des pantalons. 

Ces étuis "font partie de mon identité", a affirmé Ambrosius Mulait. "Nous avons été la cible de racisme en dehors du tribunal, et désormais à l'intérieur du tribunal". 

Les Papous, qui sont originaires de Mélanésie, sont des chrétiens qui n'ont que peu de liens culturels avec la majorité musulmane d'Indonésie. 

Leurs revendications d'indépendance ont provoqué des heurts au cours des derniers mois. 

Six Papous ont été arrêtés en août pour avoir participé à une manifestation près du palais présidentiel à Jakarta, au cours duquel le drapeau papou avait été brandi. Ce symbole d'indépendance est illégal en Indonésie. 

Le mois dernier, la Cour suprême a alourdi la peine prononcée à l'encontre d'un Polonais jugé coupable de liens avec la guérilla séparatiste papoue. 

Ancienne colonie hollandaise, la Papouasie est passée sous le contrôle de l'Indonésie dans les années 60, après un référendum d'autodétermination contesté. 

Une guérilla indépendantiste larvée est depuis active dans la région. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.