"Coronaviral" : l'Europe confinée se réfugie dans l'humour

"Coronaviral" : l'Europe confinée se réfugie dans l'humour
"La fin est proche. Téléphone à grand-mère", conseille un écriteau confectionné par un New-Yorkais à Times Square, le 14 mars 2020

, publié le mercredi 18 mars 2020 à 18h41

Mèmes échangés sur Whatsapp, vidéos Tik-Tok déjantées, tweets moqueurs : qu'ils soient désoeuvrés ou à la peine face aux joies du télétravail, les Européens confinés tournent en dérision les aléas liés à la pandémie provoquée par le nouveau coronavirus.

Bien que le Covid-19 ait déjà fait plus de 8.000 morts dans le monde, les symptômes et les mesures de prudence liés au virus deviennent autant de sujet de parodie permettant aux Européens de rire, jaune pour certains, face à leur quotidien dramatiquement bouleversé. 

"Breaking News ! Chuck Norris touché. Le coronavirus placé 15 jours en quarantaine", clame un visuel parodiant une chaîne d'information.

En Grèce, une vidéo devenue virale montre un homme allé faire ses courses au marché en plein air de la petite ville de Rafina, à l'est d'Athènes, avec une couche sur la tête pour se protéger. 

"Tousse ensemble !", se moque un tag dans les rues françaises, en réponse à la demande de solidarité adressée par le président Emmanuel Macron. 

Côté britannique, l'humour british grinçant se régale des mesures du gouvernement, qui restent moins draconiennes que celles des pays voisins malgré le durcissement de ces derniers jours. "Lavez-vous les mains. Rentrer chez vous. Mourrez", clame une caricature singeant une affiche de campagne du Premier ministre Boris Johnson. 

En écho aux conseils du leader conservateur, qui avait intimé aux Britanniques de se laver les mains "le temps de chanter deux fois +Joyeux Anniversaire+", un développeur a créé "WashYourLyrics" (LaveTesParoles), un site permettant de générer des instructions pour se laver les mains, "accompagnées de la chanson de votre choix".  

- Trafic de gel hydroalcoolique -

La pénurie dans les magasins se révèle une source d'humour inépuisable. 

Une vidéo virale sur TikTok montre par exemple un homme réglant son café avec des feuilles de papier toilette, au son de la chanson "Money" du groupe Abba. Au Kosovo, une vidéo parodique montrant des trafiquants qui vendent furtivement du gel hydroalcoolique a été visionnée plus de 50.000 fois sur Instagram. 

Chez les Russes, qui ont pris l'habitude depuis la période soviétique de tourner en dérision l'absurdité du quotidien, les pénuries inspirent :  "URGENT ! Jeune homme disposant d'un stock de sarrasin et de pâtes cherche jeune femme avec stock de sucre et de papier toilette", lance une fausse petite annonce partagée sur Facebook. 

"L'Apocalypse, ce qu'on attendait : l'anarchie, des zombies. Ce qu'on a réellement : télétravail, pas de papier toilette", résume un graphique humoristique largement partagé sur Twitter. 

Les Russes comparent les mesures de confinement à la vie après la chute de l'URSS : "Cette quarantaine n'a vraiment rien de spécial. J'ai déjà vu tout ça dans les années 90. Pas de divertissements. Pas de nourriture dans les magasins. Les gens préfèrent ne pas quitter leur appartement. Et personne n'a le droit de prendre l'avion", s'amuse l'auteur d'un tweet.

Hors de Russie, les mesures similaires prises par de nombreux gouvernements européens donnent du grain à moudre aux plaisantins des réseaux sociaux. "Quelques semaines d'isolement en famille. Je ne vois pas comment ça pourrait mal tourner", ironise un texte au-dessus d'un visuel tiré du film d'horreur Shining, où le personnage principal tente de tuer toute sa famille.  

L'activité physique en période de confinement est particulièrement source de blagues : ici dans une vidéo "tuto" pour créer son faux tapis de course maison en répandant du liquide vaisselle par terre, là dans un montage humoristique qui fait apparaître un homme pratiquant tous les sports possibles dans son intérieur, de la natation sur skate au plus classique vélo. 

Alors que les parents se retrouvent à devoir gérer leur progéniture en même temps que leur session de télétravail, de nombreux mèmes montrent des enfants ligotés, bâillonnés ou mis en cage. "Ca fait juste 30 minutes que j'aide mon fils de six ans à travailler. Tous les enseignants devraient être payés un million d'euros par an, à partir de maintenant", ironise un tweet.  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.