« Coffin dance » : cette tradition devenue un phénomène mondial

« Coffin dance » : cette tradition devenue un phénomène mondial©Capture d'écran Franceinfo

, publié le mardi 28 avril 2020 à 12h10

Les vidéos font le tour d'Internet depuis plusieurs jours. On y voit des porteurs de cercueil danser lors d'un enterrement.

Des professionnels d'un genre un peu particulier devenus symboles du confinement.

C'est le nouveau phénomène d'Internet. Le « coffin dance meme » ou la danse du cercueil en Français envahit, depuis quelques jours, les réseaux sociaux. Des diffusions au scénario bien rodé : une première vidéo met en scène l'utilisateur frôlant la mort, avant que des porteurs de cercueils n'apparaissent en dansant au rythme de l'entêtante musique d'EDM "Astronomia" de Tony Igy. Des professionnels devenus les symboles du confinement derrière le slogan « Stay at home or dance with us », détaille franceinfo.


Mais derrière ces vidéos qui tournent en boucle sur Twitter, Instagram et autres Tiktok se cache une véritable tradition. Au Ghana, ces porteurs de cercueils qui dansent existent vraiment. Appelés les « danseurs des funérailles », ils sont de véritables artistes professionnels qui, à la demande des familles, transforment les funérailles en fête. L'objectif de ces « danseurs des funérailles » est de faire du transport du cercueil une parade joyeuse.

Un phénomène difficile à expliquer

Cette coutume est devenue populaire dans le pays en 2015 avec la création d'une troupe remarquée sur YouTube. Mais comment expliquer que ces images de « dancing pallbearers » refassent surface aujourd'hui pour devenir en meme en pleine pandémie de coronavirus ? Le phénomène reste difficile à expliquer. Pour la journaliste américaine Gita Jackson interrogée par Vice, ces danseurs ghanéens rendent notamment « toutes ces horreurs du monde plus faciles à supporter ».

L'épidémie de Covid-19 qui secoue la planète a fait 210 000 morts dans le monde et contraint la moitié de la population mondiale à se confiner.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.