Christine Boutin confond un footballeur et Jésus de Nazareth

Christine Boutin confond un footballeur et Jésus de Nazareth
Christine Boutin à Rambouillet le 21 octobre 2017.

publié le lundi 22 février 2021 à 16h52

L'échange ubuesque a eu lieu lundi 22 février dans la matinée sur Twitter. L'ex-ministre de Nicolas Sarkozy n'a pas tardé à reconnaître la confusion.

Un quiproquo qui a fait réagir sur Twitter.

Retirée de la vie politique depuis 2017, Christine Boutin a fait parler d'elle sur le réseau social lundi 22 février. Elle a répondu au tweet d'un internaute, mettant en cause l'utilité de "Jesus". "Mais vraiment à quoi sert Jesus", écrit-il. L'ancienne ministre du Logement et de la Ville de Nicolas Sarkozy lui a alors rétorqué : "Et vous ? Qu'avez vous fait pour stopper les désastres ? Jesus nous laisse Libres et c'est un immense cadeau. Tout cela n'est le résultat que de nos lâchetés, négligences, paresses ..."




Une réponse qui a provoqué l'hilarité de nombreux utilisateurs de Twitter. Et pour cause. Le Jesus dont il était initialement question était l'attaquant brésilien de Manchester City, Gabriel Jesus, et non Jesus de Nazareth comme l'a cru Christine Boutin.


L'internaute pris à partie par la fondatrice et présidente d'honneur du parti conservateur VIA, la voie du peuple n'a pas tardé à lui répondre : "Je parle du joueur de Manchester City. Lâchez ma veste et passez une bonne journée".



La candidate à la présidentielle de 2002 a d'ailleurs avoué son erreur. Alors qu'un internaute ironisait sur son tweet, elle reconnaît la confusion.


 
 "Malgré la confusion, mon twitt s'applique aussi", écrit-elle, ajoutant un smiley. Ce n'est pas la première fois qu'un tweet maladroit de Christine Boutin est largement commenté sur les réseaux sociaux.



En 2019, lors de l'incendie de Notre-Dame de Paris, elle avait écrit : "La flèche est tombée. Aucun mot pour dire l'horreur ressentie. C'est la France qui est touchée au cœur", ajoutant un smiley 'clin d'oeil' qui avait déplu à de nombreux utilisateurs de Twitter.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.