Zemmour se retire du Figaro le temps de la promotion de son livre

Zemmour se retire du Figaro le temps de la promotion de son livre
Eric Zemmour, le 22 avril 2021 à Paris

publié le mercredi 01 septembre 2021 à 13h44

Eric Zemmour, à qui l'on prête des velléités de candidature à la présidentielle, a annoncé mercredi qu'il ne tiendrait plus sa chronique hebdomadaire dans Le Figaro le temps de la promotion de son prochain livre, à paraître mi-septembre.

"La France est à la croisée des chemins, mais elle n'a pas dit son dernier mot. Je pars à la rencontre des Français pour leur présenter mon nouveau livre", a tweeté le polémiste vedette de CNews. 

"Dans le cadre de ces échanges avec les Français, je ne pourrai plus assurer ma chronique de fin de semaine dans Le Figaro", a ajouté celui qui tient également une chronique dans le Figaro Magazine.

Contacté par l'AFP, le directeur des rédactions du Figaro, Alexis Brézet, a confirmé qu'Eric Zemmour n'assurerait plus ces deux rendez-vous "jusqu'à la fin de la promotion de son livre", "La France n'a pas dit son dernier mot", l'essayiste ayant demandé "à avoir du temps pour aller voir ses lecteurs". 

"Il était partant pour un congé sans solde", effectif à partir de mercredi, a précisé Alexis Brézet, lui prédisant "toute une série de séances de signatures" d'ampleur "dans les semaines qui viennent". 

En juin, Alexis Brézet avait assuré à ses troupes qu'Eric Zemmour devrait se retirer du Figaro s'il venait à se lancer dans la course à l'Elysée. 

"On n'en est pas encore là", a-t-il expliqué à l'AFP mercredi. A l'issue de sa campagne promotionnelle, soit Eric Zemmour "annonce qu'il n'y va pas et il revient au journal, soit il annonce qu'il y va et le congé a vocation à se prolonger", a ajouté M. Brézet.

Eric Zemmour publie lui-même son essai que l'éditeur Albin Michel n'a pas voulu faire paraître, invoquant la volonté de l'auteur d'en faire "un élément clé de sa candidature". 

S'il ne s'est jamais déclaré ouvertement candidat, l'éditorialiste dispose du soutien de l'association "Les amis d'Eric Zemmour", qui a récemment affirmé avoir recueilli "une centaine" de parrainages d'élus pour 2022.

Poursuivi à de multiples reprises pour ses propos, le polémiste doit être à nouveau jugé le 8 septembre pour "provocation à la discrimination" et "injures raciales" après avoir qualifié les migrants mineurs isolés de "voleurs", "assassins" et "violeurs" sur CNews en septembre 2020.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.