Zambie: le président signe une loi contre la cybercriminalité, crainte d'un usage abusif

Zambie: le président signe une loi contre la cybercriminalité, crainte d'un usage abusif
Le président zambien Edgar Lungu le 8 novembre 2019 à Lusaka

, publié le vendredi 26 mars 2021 à 22h20

Le président zambien Edgar Lungu a indiqué vendredi avoir signé une loi pénalisant la cybercriminalité, deux semaines après l'approbation du texte par le parlement, faisant craindre à l'opposition que le pouvoir ne s'en serve pour faire taire les voix critiques avant les élections en août.

M. Lungu a signé cette loi mardi, a indiqué son cabinet, ajoutant que le président espérait qu'elle "amènerait de la raison dans la façon dont internet est utilisé en Zambie".

"Il s'agit uniquement de protéger les citoyens d'abus de la part de gens qui pensent qu'ils peuvent dire ce qu'ils veulent en se dissimulant derrière le cyberespace", a-t-il ajouté.

La loi, qui permet les vérifications sur des ordinateurs privés pour "activité illicite", a été signé deux semaines après l'adoption du texte par le parlement.

Le ministre de l'Intérieur Stephen Kampyongo avait défendu la nécessité de cette nouvelle législation en expliquant que le harcèlement en ligne était en hausse dans le pays, et visait les adultes comme les enfants.

Les contrevenants écoperont d'une amende voire d'une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à cinq ans.

Le directeur exécutif de Bloggers of Zambia, Richard Mulonga, a estimé que cette décision n'était "pas bonne pour la démocratie", disant craindre que les journalistes de médias en ligne soient particulièrement visés.

Le porte-parole du parti d'opposition United Party for National Development (UPND), Cornelius Mweetwa, a estimé que la loi allait permettre aux autorités "d'interférer avec les libertés des gens avant les élections".

La Zambie, pays enclavé d'Afrique australe qui jouit d'une relative stabilité depuis sa première élection multipartite en 1991, est appelée aux urnes le 12 août pour des élections législatives et présidentielles.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.