Trois nouveaux contrats pour les satellites européens d'observation de la Terre

Chargement en cours
Image diffusée en 2018 par l'Agense spatiale européenne (ESA) du satellite Sentinel-3 de la mission Copernicus
Image diffusée en 2018 par l'Agense spatiale européenne (ESA) du satellite Sentinel-3 de la mission Copernicus
1/3
© AFP, -, EUROPEAN SPACE AGENCY

, publié le vendredi 13 novembre 2020 à 16h27

L'Agence spatiale européenne (ESA) a conclu vendredi trois contrats de satellites pour l'expansion de son programme Copernicus d'observation de la Terre avec Airbus Defense and Space pour la mission LSTM, et Thales Alenia Space (TAS) pour les missions CIMR et CHIME, pour un montant total de plus de 1,3 milliard d'euros.

Les trois missions entrent dans le cadre du programme Copernicus, dans lequel sept satellites Sentinel sont déjà en orbite et fournissent des données utilisées aussi bien pour surveiller le climat et la pollution qu'évaluer les dégâts des catastrophes naturelles.

LSTM, CIMR et CHIME, dont les satellites devront être livrés en 2028, "sont des missions d'expansion" de ce programme, a dit Toni Tolker-Nielsen, responsable du département projets industriels de l'ESA, dans un point de presse annonçant la signature des contrats. 

Chacune de ces missions comprend un deuxième satellite en doublure.

Deux autres missions Sentinel, CO2M et Cristal, sont déjà sur les rails, et la sixième,  ROSE-L, devrait l'être bientôt. Le tout représente un budget de 2,852 milliards d'euros selon M. Tolker-Nielsen.

LSTM (Sentinel 8), avec Airbus à la fois maître d'oeuvre et responsable des instruments de mesure infrarouge, est "spécifique pour la mesure de la température de toute la surface terrestre nuit et jour", a expliqué Philippe Pham, son directeur de l'Observation de la Terre. Le contrat est de 389 milllions d'euros. Il s'est félicité que ce contrat soit la première mission Copernicus confiée à la filiale espagnole d'Airbus.

TAS a signé les contrats comme maître d'oeuvre des missions CHIME, pour 455 millions d'euros, et CIMR, pour 495 millions d'euros.

CHIME (Sentinel 10) fournira des observations hyper spectrales, utiles pour la surveillance des sols et de la végétation. L'allemande OHB et l'italienne Leonardo en seront les principaux partenaires. Avec des données utiles aussi bien au développement du "smart farming" (agriculture raisonnée), avec l'analyse des propriétés des sols et du couvert, qu'à l'exploitation raisonnable des minerais, en mesurant précisément ses impacts environnementaux.

La mission CIMR (Sentinel 11) "sera principalement dédiée à la surveillance des zones Arctique et Antarctique, pour surveiller la température de l'eau, la quantité de glace à ses différents stades", a dit Yvan Baillion, directeur des offres et affaires futures de TAS, lors du point de presse.

Les données des missions de Copernicus sont en accès gratuit. Elles doivent aider à la définition des politiques européennes de gestion des ressources naturelles, mais aussi au développement  d'offres de services en lien avec la sécurité alimentaire, l'agriculture et les matières premières. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.