Malgré les scandales, le patron d'Ozy décide finalement de continuer

Malgré les scandales, le patron d'Ozy décide finalement de continuer
Le présentateur et entrepreneur Carlos Watson, fondateur et patron d'Ozy, en octobre 2018, à San Francisco

publié le lundi 04 octobre 2021 à 19h14

Nouveau rebondissement autour de la plateforme américaine de médias Ozy: après avoir annoncé vendredi qu'elle allait mettre la clef sous la porte après la révélation de divers mensonges rocambolesques, son patron a finalement indiqué lundi que l'aventure continuait.

La décision de fermer était "prématurée", a affirmé Carlos Watson sur le plateau de la chaîne d'informations CNBC. 

Au cours du week-end, l'entreprise a eu "de bonnes conversations" avec des investisseurs et annonceurs et est prête à poursuivre son activité, a-t-il expliqué. 

Lancée en 2013, la plateforme se veut un mélange d'articles, de podcasts et de vidéos, présentant du contenu à la fois informatif et divertissant, à l'instar de nombreux autres médias nés sur internet comme BuzzFeed ou Refinery29.

Elle a, selon le site spécialisé Crunchbase, levé depuis sa création au moins 70 millions de dollars auprès d'investisseurs.

Mais selon une enquête du New York Times, il semble que les dirigeants de l'entreprise aient volontairement gonflé les chiffres de fréquentation de la plateforme et de visionnages sur d'autres sites, en premier lieu YouTube.

Le cofondateur et numéro deux de la société, Samir Rao, s'est notamment fait passé pour un responsable de YouTube lors d'une conférence téléphonique avec la banque Goldman Sachs en février, a raconté le journal.

Ozy était aussi parvenue à accueillir une série d'invités prestigieux dans une émission après avoir assuré qu'elle serait bientôt diffusée sur la chaîne câblée américaine A&E, alors qu'aucun accord n'a jamais été conclu. 

Face à la multiplication des révélations la semaine dernière, plusieurs annonceurs ont suspendu leurs campagnes de publicité tandis qu'une de ses journalistes stars, Katty Kay, ainsi que le président du conseil d'administration Marc Lasry, ont démissionné.

Le conseil d'administration avait choisi vendredi de cesser l'activité du groupe, avant de faire volte-face lundi. 

"Nous avons beaucoup de choses à faire pour nous améliorer, mais j'ai vraiment l'impression que nous avons une voix significative et de nature à changer la donne", a affirmé M. Watson lundi sur CNBC.

Un porte-parole a confirmé à l'AFP qu'après deux semaines "compliquées", Ozy prévoyait bien de reprendre ses activités "au cours des prochains jours". 

Ozy, a-t-il ajouté, est en train de contacter ses employés pour les encourager à revenir. La production des "newsletters" va reprendre dans la semaine et celle des vidéos à la fin du mois. Un nouveau podcast est attendu au cours du trimestre. 

Le groupe a aussi prévu de tenir de nouvelles discussions avec plusieurs annonceurs "dans les prochains jours".

"Nous avons eu un accident de parcours mais nous sommes déterminés à surmonter ces difficultés", a conclu le porte-parole.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.