Les fragments de Lune d'Apollo ont transformé la connaissance de l'univers

Les fragments de Lune d'Apollo ont transformé la connaissance de l'univers
Des roches lunaires exposées au Johnson Space Center de Houston (Texas)
A lire aussi

AFP, publié le dimanche 16 juin 2019 à 11h11

La Lune est "la pierre de Rosette du système solaire": près de 400 kilogrammes de roche lunaire rapportés sur Terre par les astronautes américains ont transformé les connaissances sur l'univers.

Ils ressemblent à des cailloux gris sans grand intérêt, mais ces 382 kg sont "les matériaux les plus précieux sur Terre", explique à l'AFP Samuel Lawrence, spécialiste des planètes à l'agence spatiale américaine, la Nasa. "La Lune est la pierre angulaire de la science planétaire".

Ces roches ont été acheminées sur Terre par les astronautes des six missions américaines sur la Lune entre 1969 et 1972.

De nombreuses découvertes sur la nature de l'univers proviennent de l'étude des échantillons ramenés par la première mission, Apollo 11, dont le cinquantième anniversaire sera célébré en juillet.

"Les gens ne se rendent pas compte de l'importance qu'a eue l'étude des échantillons d'Apollo pour comprendre notre système solaire et l'univers nous entourant", souligne M. Lawrence. "Pas simplement sur la Lune, mais aussi sur Mercure, sur Mars, sur certains astéroïdes".

Les scientifiques ont notamment pu comprendre la façon dont le satellite naturel de la Terre était né, pratiquement en même temps que la planète bleue il y a 4,3 à 4,4 milliards d'années, à la suite d'un énorme impact sur l'ancêtre de notre planète.

Les débris ont mis plusieurs centaines de millions d'années à s'agréger en orbite terrestre pour former la Lune.

"Nous avons appris que la structure intérieure de la Lune était comme celle de la Terre", poursuit le scientifique. "Elle a une croûte, un manteau et un noyau", mais elle est dépourvue de vie et n'a "ni fossiles indigènes ni espèces organiques indigènes".

- Dans un coffre-fort -

Certaines pierres lunaires sont exposées, notamment au centre spatial Johnson de Houston (Texas). Le président Richard Nixon a également fait don de petits morceaux aux 135 nations de l'époque, comme symbole de la "bonne volonté" américaine. 

Mais la plupart d'entre elles sont conservées au Lunar Sample Laboratory de la Nasa à Houston, "dans des récipients scellés dans un coffre-fort sécurisé capable de résister à des ouragans et à maintes catastrophes naturelles". Par précaution, une partie de ce trésor se trouve aussi à White Sands (Nouveau-Mexique).

Pour marquer le cinquantenaire du premier pas de l'homme sur la Lune le 20 juillet, quelques échantillons ont été distribués avec parcimonie à des scientifiques cette année.

"Nous sommes très prudents", confie M. Lawrence. "Les scientifiques passent par une procédure rigoureuse pour demander un échantillon".

Car ils permettent, même après cinq décennies, de réaliser encore des découvertes grâce aux progrès technologiques d'analyses.

Un exemple récent: la Lune "n'est en réalité pas complètement dépourvue d'eau", indique M. Lawrence, qui ne cache pas son enthousiasme à l'idée que des astronautes retournent s'y promener.

C'est en tout cas l'objectif fixé pour 2024 par le président Donald Trump.

"Les six missions sur la Lune ont transformé notre compréhension de l'univers. Imaginez ce qu'il se passerait si on y allait pendant des semaines ou des mois à chaque fois", s'émerveille le scientifique. "Il y a encore beaucoup d'endroits inexplorés sur la Lune. Ça va être assez spectaculaire".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.