Le télescope Tess va partir à la chasse aux planètes habitables «proches» de la Terre

Le télescope Tess va partir à la chasse aux planètes habitables «proches» de la Terre

Le télescope Tess va prendre la relève de Kepler à l'agonie, faute de carburant.

leparisien.fr, publié le mardi 17 avril 2018 à 10h18

Le télescope de la Nasa, dont le départ est prévu mercredi, doit nous permettre de savoir si une vie extraterrestre existe.

« Y'a quelqu'un » ? A Tess, le nouveau télescope spatial de la Nasa de nous mettre sur la piste ! Il n'est pas plus grand qu'une grosse moto. Mais qui sait ? Ce petit engin de 350 kg, dont le lancement a été reporté à mercredi, sera-t-il peut-être à l'origine de la grande nouvelle : l'existence d'une vie extraterrestre !

Depuis plus de vingt ans, la chasse aux exoplanètes - ces planètes situées en dehors de notre système solaire - est ouverte. Avec comme but ultime : trouver celles « habitables » autrement dit susceptibles d'abriter ou de donner naissance à la vie.

Pour l'instant, en dépit des superbes images et des annonces hollywoodiennes de la Nasa, rien ! Rappelez-vous, Kepler 452 B, cette super-Terre détectée urbi et orbi en juillet 2015. Présentée alors comme notre jumelle, elle avait l'allure d'un paradis, avec son atmosphère transparente, ses eaux bleutées. Trois ans après, « la perle » est retombée dans l'oubli, faute de pouvoir être analysée. Bien trop lointaine...

Tess se concentrera sur des platènes plus proches

Trouver des pépites mais plus proches de nous, c'est le but de Tess qui va prendre la relève de Kepler à l'agonie, faute de carburant. « A la différence de Kepler qui détectait l'éclat de lumière d'une étoile située jusqu'à 3000 années-lumière, Tess va se concentrer sur des planètes moins lointaines évoluant autour de 200 années-lumière, explique l'exobiologiste Michel Viso. On pourra comme cela, les étudier beaucoup plus en détail, connaître leur masse, pister leur atmosphère éventuelle », poursuit l'expert du Cnes. Quitte à ce que les télescopes au sol prennent le relais.

Et là où Kepler ne regardait que le fin fond du bout de la rue, gardant braquée son objectif dans la seule direction de la constellation du Cygne, Tess, avec ses quatre caméras, observera le spectacle à 360 °C, couvrant une zone 350 fois plus vaste, dans la proche banlieue de notre galaxie, même s'il faudrait tout de même un voyage de quelque 2 millions d'années en fusée pour s'y rendre...

Chercher pourquoi une planète peut être habitable

Tess va-t-il affoler les compteurs avec ses découvertes comme Kepler ? Lancé en mars 2009 depuis la Floride, ce vieux télescope spatial conçu par la Nasa s'est révélé un vrai stakhanoviste, faisant basculer la recherche d'exoplanètes à une échelle quasi industrielle. « Il a fait une très belle mission puisque sur les quelque 3 758 exoplanètes confirmées à ce jour, on lui en doit 2 300 à lui tout seul », précise Vincent Coudé du Foresto astronome à l'Observatoire de Paris.

Si cette moisson du ciel a permis de découvrir l'incroyable diversité des systèmes planétaires, elle s'est révélée, pour l'instant, sans lendemain : « Il y a vingt-cinq ans, on cherchait une terre jumelle, car on n'avait qu'un seul exemple de système planétaire : le nôtre. Avec Kepler, on en a trouvé 1632, explique l'astronome, aujourd'hui donc au lieu de trouver notre double, on voit plus large : qu'est ce qui fait qu'une planète peut être qualifiée d'habitable ou pas, on cherche ».

Une planète doit-elle être obligatoirement dotée d'une atmosphère pour donner la vie ? Peut-elle avoir plusieurs étoiles comme Tatooine d'où Luke Skywalker contemple, dans Star Wars un double coucher de soleil ? En cela, Tess sera fort utile pour comprendre.

Il fera aussi la courte échelle à ses futurs compagnons de route : Cheops (Esa/suisse) qui, à partir de l'an prochain, examinera en détail des exoplanètes déjà connues et James- Webb le méga télescope (Nasa/ESA/Canada) qui ira « flairer », mi-2020, les plus prometteuses.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.