L'Europe spatiale s'apprête à lancer Quantum, premier satellite "flexible"

Chargement en cours
Le satellite Quantum dans la salle blanche d'Airbus Defence System à Portsmouth, en Grande-Bretagne, le 26 février 2018
Le satellite Quantum dans la salle blanche d'Airbus Defence System à Portsmouth, en Grande-Bretagne, le 26 février 2018
1/2
© AFP, GLYN KIRK
A lire aussi

publié le mardi 13 juillet 2021 à 19h57

Le satellite Quantum, premier satellite commercial "flexible" qui pourra être reprogrammé en orbite, sera lancé le 27 juillet de Kourou (Guyane française) par une fusée Ariane 5, a annoncé mardi l'agence spatiale européenne (ESA).

Une fois placé en orbite géostationnaire (à environ 35.000 km de la Terre), ce satellite opéré par Eutelsat offrira la capacité d'être entièrement reconfiguré du sol, sur une durée de vie de 15 ans.

Un logiciel de paramétrage en fera "le premier satellite à être en mesure de s'adapter à tout moment aux besoins du client et desservir n'importe quelle région du globe", a expliqué l'ESA dans un communiqué.

"Plutôt que d'effectuer une transmission par faisceau fixe, Quantum permettra aux utilisateurs de décider de l'orientation de leurs faisceaux", détaille l'agence publique (22 Etats membres).

A bord, une une nouvelle antenne réseau dite "à commande de phase", le rendra capable de changer en temps réel de zone géographique, pour fournir telle ou telle région du monde en télécommunications, ou de se déplacer virtuellement pour suivre des avions ou des navires.

La reconfiguration entre deux missions ne prendra que "quelques minutes", a détaillé Frédéric Piro, directeur de programme Eutelsat Quantum, lors d'un point presse.

Eutelsat n'a pas précisé quels seraient les premiers clients de Quantum.

Le satellite, qui pèse 3,5 tonnes, a été développé dans un partenariat de l'ESA avec Eutelsat, démarré en 2015. 

Il a été construit par Airbus Defence System, maître d'oeuvre, et le britannique Surrey Satellite Technology, fournisseur de la plateforme.

Son budget global s'élève à plus de 200 millions d'euros, dont près de 80 millions d'euros investis par l'ESA.

"Nous recherchons la flexibilité car lorsqu'un satellite est lancé, la demande et les marchés peuvent varier dans le temps. Un satellite qui n'est pas +figé+ et peut s'adapter aux clients permet d'avoir une perspective plus robuste", a détaillé à l'AFP Elodie Viau, directrice des télécommunications et des applications à l'ESA.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.