Facebook annonce de nouvelles mesures pour les publicités «politiques»

Facebook annonce de nouvelles mesures pour les publicités «politiques»

Le patron de Facebook Mark Zuckerberg a annoncé ces nouvelles mesures sur sa page personnelle.

leparisien.fr, publié le vendredi 06 avril 2018 à 22h11

Les annonceurs devront obligatoirement être certifiés pour diffuser une publicité politique ou portant sur un sujet important sur le réseau social.

Quelques jours avant de passer sur le grill au Congrès, Mark Zuckerberg donne des gages de bonne volonté. Dans un message publié vendredi sur son compte, le patron de Facebook a annoncé des mesures pour mieux contrôler les publicités, en particulier politiques. Le but est d'empêcher que ne se reproduise le scénario de l'élection présidentielle américaine de 2016, marquée par l'ingérence de la Russie.

«À partir de maintenant, quiconque veut diffuser des publicités politiques ou abordant un sujet important (« issue ads ») doit avoir un compte certifié. Pour être certifié, il faudra confirmer son identité et sa localisation», explique Mark Zuckerberg. Les internautes devront également savoir qui paient pour ces publicités. Effective aux États-Unis, cette mesure sera en vigueur pour le reste du monde dans les prochains mois, précise Zuckerberg.

Facebook recrute par milliersLes annonceurs ne sont pas les seuls à être dans la ligne de mire du réseau social. Toutes les personnes en charge de pages Facebook rassemblant de nombreux abonnés devront également être certifiées. «Ce sera bien plus difficile de gérer des pages avec de faux comptes, ou de propager de fausses informations», assure Mark Zuckerberg.

Pour appliquer ces nouvelles règles, Facebook compte recruter des milliers de personnes d'ici les «midterms» aux États-Unis, les traditionnelles élections de mi-mandat qui auront lieu en novembre prochain. Outre les mesures annoncées, Zuckerberg affirme que des dizaines de milliers de comptes ont été supprimés dans le cadre de l'élection présidentielle en France ou des élections législatives en Allemagne.

LIRE AUSSI >Facebook veut renforcer la protection des données personnelles

Serrer la vis est devenu une nécessité pour Zuckerberg et Facebook, dont la légèreté de la réponse face aux récents scandales a été très critiquée. Ces dernières semaines, le réseau social a payé très cher les révélations sur Cambridge Analytica, qui a utilisé les données de dizaines de millions d'utilisateurs sans leur consentement pendant la campagne de 2016 aux États-Unis. En trois semaines, le cours de l'action est passé de 185 dollars à 157 dollars, soit une baisse d'environ 15 %.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.