Elections 2022: l'AFP et Google France lancent un projet de lutte contre les infox

Elections 2022: l'AFP et Google France lancent un projet de lutte contre les infox
Le PDG de l'AFP Fabrice Fries (d) et le vice-président de Google France Sebastien Missoffe dans les bureaux de l'AFP à Paris le 17 novembre 2021

publié le lundi 06 décembre 2021 à 10h36

L'AFP et Google France ont annoncé lundi le lancement d'un programme de lutte contre la désinformation, baptisé "Objectif Désinfox", dans la perspective de l'élection présidentielle et des législatives.

"L'accès à ce projet sera gratuit et géré par l'AFP en toute indépendance éditoriale, grâce au soutien financier de Google", a affirmé lundi le PDG de l'AFP, Fabrice Fries, lors de la conférence annuelle "Nouvelles pratiques du journalisme" à Sciences-Po à Paris.

"Ce programme de formation et de collaboration, à destination des rédactions françaises, s'appuiera sur une alliance des médias et d'organisations de fact-checking intéressées dans la lutte contre la désinformation", selon le communiqué commun des deux sociétés.

Cette alliance repose sur cinq piliers principaux. 

Premièrement, des formations thématiques en ligne à partir de mi-janvier à destination de tous les médias et organisations de fact-checking membres de l'alliance, pour enseigner l'investigation numérique aux journalistes (lutte contre le cyberharcèlement, amélioration des processus de veille, etc).

Deuxièmement, la création d'une plateforme collaborative pour échanger entre membres de l'alliance qui inclura un dispositif de signalement de contenus faux ou trompeurs pour le grand public et qui alimentera toutes les rédactions partenaires.

Troisièmement, des réunions thématiques mensuelles animées par l'AFP, auxquelles tous les membres seront conviés, avec la participation d'intervenants et d'experts extérieurs (chercheurs, sociologues, etc).

Quatrièmement, la mise à disposition des contenus fact-checking politique de l'AFP pour les membres de l'alliance sur le site AFP Factuel (https://factuel.afp.com) et sur la chaîne YouTube "AFP Fact Check".

Cinquièmement, un programme d'accompagnement et de soutien pour les rédactions de factchecks, membres de l'alliance dans la réalisation et la production de leurs propres contenus. 

Ces contenus bénéficieront du label "Objectif Désinfox" et l'AFP produira des vidéos des meilleures productions.

"La coalition des médias vise à souder les rangs des acteurs de la lutte contre la désinformation dans la perspective (...) de l'élection présidentielle", a déclaré le PDG de l'AFP, Fabrice Fries, cité dans le communiqué.

"Chaque année, Google forme des milliers de journalistes aux outils du numérique, et ce partenariat avec l'AFP permet d'amplifier ces formations", a affirmé de son côté Sébastien Missoffe, directeur général de Google en France.

"Deux CDD de 6 mois issus de la diversité vont rejoindre la rédaction de l'AFP dans le cadre de ce projet. Ceci est un appel à candidatures", a ajouté M. Fries lors de la conférence.

Le 17 novembre, Google et l'AFP ont conclu un accord pour rémunérer pendant cinq ans les contenus de l'agence de presse présentés par le géant américain dans toute l'UE.

Il s'agissait du premier partenariat conclu par une agence de presse au titre des droits voisins du droit d'auteur, une directive européenne que la France a été la première à transposer dans son droit national en 2019.

Google, géant américain de l'internet, a formé plus de 450.000 journalistes dans le monde (dont 4.200 en France) depuis 2015, selon le communiqué commun. 

L'AFP est le premier réseau de production de fact-checking dans le monde avec plus de 120 journalistes qui travaillent en 24 langues dans 85 pays.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.